Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Tampons bio
Simon Cohen
Gaële Le Noane a créé Marguerite & Cie pour permettre aux femmes d'avoir facilement accès à des protections hygiéniques saines. Son projet inclut un volet solidaire important.

Marguerite & Cie a intégré le mécénat dès le projet de sa création d'entreprise

Julie Menez, le 13.09.2018

Mettre des tampons 100 % bio, compostables et biodégradables dans les boîtes aux lettres des Françaises mais aussi à la portée des femmes les plus démunies financièrement, c'est l'objectif de Marguerite & Cie. Depuis Lesconil, Gaële Le Noane développe ce projet avec passion, coeur et conviction.

A l'origine de Marguerite & Cie, une prise de conscience. Les femmes ne sont pas toutes égales en matière de santé, notamment en ce qui concerne les protections périodiques, dont une récente étude de l'Agence nationale de la sécurité sanitaire de l'alimentation et de l'environnement vient encore de montrer qu'elles contenaient des traces de pesticides. Autres points noirs : le poids des protections hygiéniques qui engendrent 45 milliards de déchets par an. 

"Il n'y a que trois grands fabricants de tampons au monde qui sont reconnus comme utilisant 100 % de coton bio dans des produits biodégradables. Ils sont en Espagne, en Italie et en Angleterre, rapporte Gaële Le Noane, fondatrice de Marguerite & Cie. Le problème c'est que si on n'a pas un accès facile à une parapharmacie ou à une épicerie bio, c'est compliqué d'acheter ces protections..." La Finistérienne a alors eu l'idée d'adapter le concept de plus en plus populaire des box sur abonnement mensuel (beauté, déco, nourriture...) aux protections périodiques.

Des protections périodiques bio pour les femmes en grande précarité

C'est l'entreprise britannique Natracare qui a accepté de relever le défi et de fournir à Marguerite & Cie des tampons en vrac, bio, biodégradables et compostables pour ses box. Surtout, Gaële Le Noane a tenu à ce que l'accès à ces produits sains soient possibles pour le plus grand nombre : les clientes de sa jeune entreprise (pour 9 € par mois) mais pas uniquement. Marguerite & Cie est ainsi mécène de ADSF-Agir pour la santé des femmes. C'est-à-dire que l'entreprise cornouaillaise fournit gracieusement cette association en protections bio Natracare pour les 200 à 300 femmes en "précarité menstruelle" auxquelles l'association distribue chaque mois un kit d'hygiène.

"Ce volet solidaire est très important pour moi. Je l'ai intégré dès le début au business plan du projet. Je suis convaincue qu'on peut allier la réussite économique et la générosité", insiste Gaële Le Noane qui vient de rejoindre le Mouvement pour une économie bienveillante (Meb) qui veut réconcilier performance économique et monde associatif.

Avant de lancer Marguerite & Cie, Gaële Le Noane exerçait comme orthophoniste. "Tout ce qui est comptabilité et gestion, j'en avais l'habitude avec ma profession libérale. Mais pour la création de l'entreprise, le choix du statut, etc., je suis allée à la Chambre de commerce et d'industrie. Ma conseillère m'a énormément aidée et elle est très disponible. Au moindre problème, je sais que je peux la contacter !", apprécie la jeune cheffe d'entreprise.

Pour mener à bien son projet, Gaële Le Noane a voulu miser sur la cohérence en proposant un emballage biodégradable et écologique. Le design a d'ailleurs été réalisé par l'agence quimpéroise Elle & Lui, avec la contrainte d'un format lettre, rentrant dans les boîtes à lettres. "Je travaille avec la Poste pour la distribution, c'est bien plus écologique que ça soit livré avec le courrier !, précise la Finistérienne.

Marguerite & Cie vise les 1.000 abonnements pour sa première année

Marguerite & Cie a ouvert ses abonnements fin août et espère en enregistrer 1.000 pour sa première année. "Je veux me diversifier au plus vite, notamment en proposant aussi des serviettes, sur le même modèle. Mais cela pose des contraintes de packaging pour avoir une boîte sur-mesure, entièrement compostable et recyclable."

Deux dossiers d'appui au financement positifs

Si Gaële Le Noane reconnaît que dans le montage de son projet ça n'a pas été simple de convaincre des interlocuteurs masculins ("ça ne leur parlait pas du tout !"), sa banquière de Pont-l'Abbé a tout de suite vu le potentiel et l'intérêt des box de tampons écologiques. De même qu'Initiative Cornouaille, qui lui a accordé un prêt d'honneur de 3.000 €, et la Communauté de communes du pays bigouden sud qui, par le biais du Pass Commerce et Artisanat, lui a attribué un prêt d'honneur de 3.500 €, correspondant à un pourcentage donné des investissements nécessaires à la jeune entreprise. "Ces dossiers d'aide au financement ont été suivis par ma conseillère CCI."

Après un tout premier article remarqué dans le magazine Grazia pour annoncer le lancement de son activité, Marguerite & Cie mise sur les réseaux sociaux et le webmarketing pour propulser son activité. "Je n'en avais qu'alors qu'un usage personnel réduit... mais pour promouvoir l'entreprise, l'usage des réseaux sociaux est nécessaire et c'est très intuitif". La page Facebook de l'entreprise cornouaillaise compte déjà 1,6 K d'abonnés. "On a le pouvoir de nos achats", martèle Gaële Le Noane qui, à son niveau et depuis le Finistère, veut transformer les petits pas en révolution des habitudes de consommation.

En savoir plus

Taille du texte

L'évènement

Meilleure maîtrise des risques, les clés pour comprendre la révision des référentiels agro

Crises sanitaires, internationalisation des échanges, concurrence exacerbée, exigences de traçabilité, maîtrise des coûts, volatilité des goûts des consommateurs… L'Afnor Bretagne organise le mercredi 28 novembre, de 9 h à 12 h 30, à l'Agrocampus de Rennes, un colloque sur la sécurité des denrées alimentaires. Inscrivez-vous !