Accès par territoire
Newsletters
Menu principal
Philippe Musellec, Directeur général des Celliers Associés
V.Maignant
Philippe Musellec, Directeur général des Celliers Associés

Les Celliers Associés (22). Dopée au jus de pomme bio, la coopérative réfléchit à un 3e site de production

Véronique Maignant, le 03.01.2022

Les Celliers Associés et sa marque de cidre Val de Rance ont vu le jour en 1953, à l’initiative de 9 producteurs de pommes installés sur la commune de Pleudihen-sur-Rance dans les Côtes d’Armor. Aujourd’hui, ils sont 340 adhérents, 160 bretons et 80 normands investis au sein de la coopérative. Leader du cidre en France sous marques de distributeurs, elle est également devenue le numéro 1 du jus de pomme bio en GMS.

« En 2021, nous devrions atteindre 52 millions d’euros de chiffre d’affaires, un résultat en hausse de 18% versus 2020, se réjouit Philippe Musellec, Directeur général des Celliers Associés. A la tête d’une équipe de 120 salariés répartis entre le site de Pleudihen-sur-Rance (22) et celui de Condé-sur-Vire (50), il revient sur le chemin parcouru par la coopérative depuis les années 90.

A l’époque, celle-ci n’était encore qu’une petite PME qui écoulait ses bouteilles de cidre auprès des crêperies de l’ouest de la France. Dans les années 2000, elle décide de se tourner vers la grande distribution. Son chiffre d’affaires franchit alors le cap des 10 millions d’euros.  En 2007, les Celliers Associés donnent un nouveau coup d’accélérateur en s’attaquant à l’export. « Ce dernier représente aujourd’hui 20% de notre chiffre d’affaires. La moitié est réalisée au Canada. Le pays raffole notre jus pétillant bio à base de pommes. »

 

1/3 des parts de marché du cidre en France

L’année 2013 constitue une nouvelle étape importante dans la vie de la coopérative. Elle rachète un site de production cidricole à Condé-sur-Vire dans la Manche. Les Celliers Associés deviennent alors le 2ème producteur français de cidre avec ses marques Dujardin et Val de Rance ainsi que de nombreuses marques de distributeurs. En 2021, 80% de son activité sont dédiés à la GMS, 20% au CHR. Elle détient 1/3 des parts de marché du cidre en France derrière Agrial et se présente comme le numéro 1 des marques de distributeurs.

Comment expliquer un tel succès ?  « Historiquement, nous n’étions vendus qu’en crêperie. En nous tournant vers la grande distribution, nous avons gardé la même variété de pommes, certaines très anciennes, avec des assemblages réalisés par des maîtres de chais expérimentés. Résultat, sur les cinq dernières années, Val de Rance est la marque de cidre qui a raflé le plus de médailles au concours général de Paris.  Même si elle reste notre locomotive, nous continuons à innover, à l’image « Perle de cidre », un pétillant dont nous venons de lancer la commercialisation. »

 

50 000 tonnes de pommes transformées par an

La gamme est large, très large. La coopérative propose quelque 600 références, des cidres bien sûr mais aussi des boissons pétillantes et des jus de pomme. Le tout nécessite une quarantaine d’assemblages différents. Pour tenir la cadence, les Celliers Associés ont besoin, chaque année, de 50 000 tonnes de pommes. « Quel que soit le prix du marché, celui payé à nos producteurs est linéaire et chacun d’entre eux perçoit une participation aux bénéfices. » La période de ramassage et de pressage court de septembre à mi-octobre. « Le jus est ensuite stocké dans des cuves, puis embouteillé, en fonction de la demande de nos clients. » Celle-ci allant croissant, la coopérative doit en parallèle augmenter la surface de ses vergers. « Sur les huit dernières années, nous avons planté 600 hectares supplémentaires. 200 autres hectares sont en projet. Nous visons un objectif de 80 à 85% de la production issue de nos vergers. Aujourd’hui encore, 1/3 provient de l’extérieur. »

 

Jus de pomme bio : 80% de la GMS en France

En 2018, les Celliers Associés décident de se diversifier dans le jus de pomme bio. « Avec une activité entièrement dédiée au cidre, nous marchions sur une seule jambe. Cela devenait trop dangereux, d’autant que le marché est en recul de 2% à 3% par an. » Alors que la conversion en bio dure trois ans, la coopérative reçoit le soutien des grandes enseignes de distribution. « Elles ont accepté de nous payer plus cher pour maintenir le revenu de nos adhérents. » Aujourd’hui, chacune d’entre elles (Leclerc, Système U, Intermarché, Carrefour, Franprix) vend son jus de pomme bio estampillé d’une étiquette mettant en avant le caractère de la filière : « 100% origine France » pour l’une, « zéro pesticide » pour l’autre, ou encore « juste rémunération au producteur », etc. « Pour la grande distribution, c’est aussi une façon d’améliorer leur impact social et environnemental. »

En 4 ans, la coopérative est devenue le numéro 1 du jus de pomme bio en GMS. « Nous fournissons 80% de la GMS en France. » En 2019, elle a lancé sa propre marque « Sous le pommier – pommes zéro traitement ». « Aujourd’hui, le consommateur est très sensible à toutes ces allégations. Notre jus de pomme est un produit super impliquant, au point que la marque est entrée dans le top 5 des ventes. Elle génèrera environ 2 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021. » Ce nouveau créneau compense aussi le manque à gagner dans le CHR qui a vu son activité chutée de 40% en 2020 et 2021 du fait de la crise Covid.

Pour assurer leur avenir, les Celliers Associés doivent prochainement ouvrir un troisième site de production dans l’Ouest. « Nos deux sites actuels arrivent à saturation. Nous avons un terrain de 5 ha en vue dans l’agglomération de Dinan. Nous croisons les doigts pour que le projet aboutisse à l’horizon 2024 », conclut Philippe Musellec.


Chiffres clés

CA 2021 (attendu) : 52 M€

Effectif : 120

Export : 20%

L'évènement

Journée du Numérique responsable dans l'Ouest : un événement hybride et multi-sites le 25 janvier prochain

Journée du Numérique responsable dans l'Ouest : un événement hybride et multi-sites le 25 janvier prochain

ADN Ouest, l’association qui Agit pour le Développement du Numérique dans l’Ouest, se mobilise pour sensibiliser aux enjeux environnementaux du numérique en organisant un événement
hybride et multi-sites le 25 janvier prochain. Une journée dédiée au numérique responsable dans 6 villes de l’Ouest dont Brest Ploufragan et Rennes.
L’objectif de cette journée est double :  Sensibiliser sur l’impact environnemental du numérique et susciter une mise en action des professionnels du secteur par le partage de
pratiques permettant une utilisation plus sobre du numérique. Inscription ici

Recommandations