Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Audrey Alexandre sacs
Simon Cohen
Audrey Alexandre prône une élégance à la française avec des sacs au style intemporel et réalisés dans des matériaux haut de gamme.

La Quimpéroise Audrey Alexandre développe sa marque de maroquinerie haut de gamme

Julie Menez, le 26.11.2018

L'élégance et le savoir-faire à la française, voilà ce que prône la Quimpéroise Audrey Alexandre. Celle qui, dans une autre vie, a travaillé comme directrice des ressources humaines dans de grandes entreprises (jusqu'à 700 salariés), met aujourd'hui tout son coeur dans le développement de la marque qui porte son nom, déjà remarquée par une clientèle internationale.

"J'ai une âme d'artiste", revendique celle qui crée des sacs depuis toujours mais s'est aussi adonnée à la peinture, à la sculpture, au théâtre... Inspirée par sa vie bien remplie de DRH et de maman de quatre enfants, Audrey Alexandre a sauté le pas il y a juste un an en lançant sa marque de maroquinerie. Son souhait : concevoir des sacs pour femmes permettant à leurs propriétaires de "vivre leur vie de femmes". Ses créations, pochettes ou sacs portés à l'épaule, à la main ou en bandoulière, sont 100 % "made in France".

Des matières haut de gamme pour les sacs d'Audrey Alexandre

Pour concevoir ses sacs "intelligents et innovants", Audrey Alexandre a en effet fait le choix de matières luxueuses pour des sacs à l'épreuve du quotidien. "J'ai sélectionné du cuir de taurillon alpin, soyeux avec du caractère et ne nécessitant que peu d'entretien. Les tanins utilisés sont végétaux et le second lavage se fait dans un milieu aqueux bio", précise la créatrice finistérienne. Son autre matière de prédilection est le jacquard français, à la base conçu comme tissu d'ameublement et au tissage complexe et raffiné, extrêmement résistant.

Besace, cabas, cartable, sac à main... "Chaque sac a son utilité", note Audrey Alexandre, qui a souhaité que chacun de ses modèles présentent les mêmes points forts : une ligne intemporelle et sobre, une doublure intérieure dans un coton solide et pétillant et une multitude de poches intérieures, dont certaines sont dissimulées. A l'intérieur, un lien de cuir et un mousqueton permettent aussi d'attacher ses clés pour les retrouver très facilement, sans avoir à ouvrir son sac en grand. Un dispositif pensé par la créatrice pour assurer la sécurité des femmes et de leurs affaires.

Du luxe accessible

Un sens du détail très abouti et surtout une exigence dans la confection et la provenance des produits qui ont un coût. Comptez entre 500 et 800 € selon le modèle de sac et 95 € pour une pochette. "Cela reste du luxe accessible car je conçois des sacs et des pochettes faits pour durer. J'aime l'idée d'un bel objet du quotidien transmissible d'une génération à une autre", sourit Audrey Alexandre, qui précise : "Même les petits détails en cuir sont faits dans le même taurillon alpin et non pas dans un cuir moins noble, comme peuvent le faire certaines marques qui ont pignon sur rue..."

Assumant parfaitement son parti pris artistique et son positionnement, la créatrice quimpéroise se démène activement pour faire connaître sa jeune marque. Des efforts déjà récompensés par une participation à la Fashion Week de Paris et au Festival international du film de Cannes. "J'ai été invitée à participer durant trois jours à un show-room de créateurs internationaux en marge du festival de Cannes. Une belle opportunité pour me faire connaître et construire mon réseau", apprécie la Finistérienne qui a également fait partie des créateurs locaux mis en avant durant le Festival de Cornouaille 2018, sous le parrainage de Pascal Jaouen. La Finistérienne devrait également participer à la prochaine Fashion Week de New York, en mars 2019, pour y faire valoir ses création et le made in France.

>> DOSSIER : Comment réussir son développement à l'international ?

Une clientèle étrangère

Car si elle est présente dans des magasins à Quimper (Via Veneto) et Paris et travaille à étoffer son réseau de points de vente en Bretagne, Audrey Alexandre sent qu'une part importante de sa clientèle est à l'international. "Quand j'étais à la Fashion Week de Paris, les étrangers étaient les plus intéressés. Ils représentent aussi la moitié des visiteurs de mon site Internet. Ces internautes sont d'Amérique du Nord, du Canada, ou encore Chinois, Japonais..."

Pour répondre à l'intérêt de cette clientèle non francophone, la créatrice quimpéroise va faire traduire ses supports de communication. "Je suis soutenue par Bretagne Commerce International et j'ai obtenu le Pass Export Com (ex-ASCLE), c'est-à-dire que la moitié de mes dépenses de traduction est subventionnée par la Région Bretagne."

BCI a également proposé le projet de développement commercial de la marque Audrey Alexandre à des étudiants en Master Commerce International afin qu'ils y travaillent dans le cadre de leur formation. Un soutien bienvenu pour Audrey Alexandre qui, de la création à la promotion sur les réseaux sociaux en passant par le prototypage de ses produits, fait tout toute seule. Pas de quoi décourager cette passionnée qui planche déjà sur une gamme de sacs pour homme. "Ce sera selon le même concept : de l'élégance et de l'intemporel, pour des sacs qui traversent le temps."

En savoir plus