Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Crêperie de Coataudon Christian Manach.
Christian Manach, devant une machine à crêpes de la Crêperie de Coataudon. Les Crêperies La Fontaine et la future Crêperie du Rouillen ont le même équipement.

Finistère : réseaux sociaux et e-commerce au menu de la Crêperie de Coataudon

Julie Menez, le 16.11.2017

Achats en ligne et livraison de crêpes dans les boîtes aux lettres du Sud-Finistère, nouvelle crêperie à Ergué-Gabéric et une future grande biscuiterie en face de la Crêperie de Coataudon (Brest) : Christian Manach est un homme occupé. Il a tout de même trouvé le temps de se former lors d'ateliers dédiés au numérique afin de développer son activité et, surtout, de se rapprocher de sa clientèle via les réseaux sociaux.

Il s'en est passé des choses depuis que Christian Manach, de retour du service militaire, a commencé à faire des crêpes dans le restaurant familial, rue Jean-Jaurès, à Brest. C'était en 1992. Il propose alors des crêpes à emporter et la demande est telle qu'il finit par réquisitionner le garage de ses grands-parents. Ainsi la Crêperie de Coataudon fait-elle ses débuts, sur le boulevard du même nom. En l'an 2000, l'activité déménage dans le bâtiment de 450 m² qu'elle occupe encore actuellement, rue du Général-Paulet. "Au même moment, on a repris la Crêperie La Fontaine, à Pont-de-Buis, toujours pour la vente de crêpes à emporter. Elle est dirigée par mon beau-frère, Didier Libotte", raconte Christian Manach.

Nouveau dans le Finistère-Sud : la Crêperie du Rouillen 

Une troisième crêperie, la Crêperie du Rouillen, à Ergué-Gabéric, dans le Finistère-Sud, ouvre dans quelques semaines. L'achat des locaux et leur aménagement représente un investissement de 450.000 €. Quatre personnes vont y travailler. "Cette crêperie va venir en renfort sur notre activité 'Des crêpes chez vous'", explique Christian Manach. Des crêpes chez vous ? "Il y a deux ans, on a commencé à faire de la vente en ligne de crêpes et de la livraison à domicile. Eh oui, on s'est rendu compte que les crêpes étaient un des rares produits alimentaires qu'on peut glisser dans une boîte aux lettres." Tout simplement.

Pour le moment, l'activité se développe doucement et est essentiellement proposée aux gourmands de Quimper et des communes alentour. Le principe est simple mais il fallait y penser : les internautes achètent leurs crêpes en ligne, avant midi, et elles sont livrées l'après-midi même, directement dans la boîte. Bien plus sympa que des factures et parfait pour le goûter !

"Ce sont des crêpes fraîches, du jour, précise Christian Manach. Ce critère de fraîcheur est très important pour nous. Nous avons la même exigence pour les crêpes que nous livrons dans les grandes surfaces ou chez les artisans-boulangers." L'effectif total de 25 salariés se répartit d'ailleurs équitablement entre la production et la livraison, assurée avec les six véhicules de l'entreprise. "Cela nous demande une logistique très forte de livrer des crêpes fraîches tous les jours mais impossible de faire différemment !", insiste encore le chef d'entreprise.

La vente en ligne de crêpes : "Un vent nouveau sur l'entreprise"

Si la clientèle physique des Crêperies de Coataudon et La Fontaine est bien acquise et au rendez-vous pour acheter les 54.000 crêpes fabriquées chaque jour, il en va différemment des adeptes "Des crêpes chez vous". "Pour l'instant, la vente e-commerce est embryonnaire, aucune journée n'est la même en termes de commandes ! Il faut encore que ça mûrisse pour atteindre un renouvellement des commandes et fidéliser les clients", estime Christian Manach. En tout cas, cette activité innovante est bénéfique pour l'entreprise : "Elle a fait souffler un vent nouveau et, surtout, nous a fait entrer dans le numérique et les réseaux sociaux."

En effet, aujourd'hui les trois enseignes sont présentes sur Facebook et le nombre total de leurs fans est de 3.400 personnes, dont 2.400 pour la seule page de la Crêperie de Coataudon. C'est une salariée de la partie production, Aurélie Goues, qui a pris en charge l'animation de ces réseaux sociaux. "Dans la cadre du programme SoluTIC, de la CCIMBO et de la Chambre des métiers et de l'artisanat 29,  j'ai fait partie du club e-commerce (groupe de 12 chefs d'entreprises souhaitant faire évoluer leur site de vente en ligne, une matinée par mois pendant cinq mois). J'ai aussi participé  à des ateliers collectifs sur la communication digitale, raconte Christian Manach. J'ai compris qu'il était important d'animer nos réseaux sociaux. Ce qui m'a attiré, c'est la proximité avec la clientèle qu'on peut provoquer. L'avantage est aussi qu'on peut générer une image positive de l'entreprise."

Sensible au digital, Christian Manach n'en oublie pas pour autant le commerce physique. Propriétaire d'une parcelle de 3.000 m², en face de la Crêperie de Coataudon, il y a installé une petite biscuiterie qu'il projette d'agrandir. Il y commercialisera des biscuits personnalisés, frappés de messages très brestois ("Ici c'est Brest", par exemple !). "C'est l'entreprise Brest 3D qui nous a fait des tampons sur-mesure", indique le chef d'entreprise, qui va proposer ces biscuits avant les fêtes de fin d'année. Des nouveautés prochainement annoncées sur les réseaux sociaux pour des internautes qui n'en perdront sûrement pas une miette.

La vidéo de présentation de la Crêperie de Coataudon est à retrouver ici.

A noter : Forum SoluTIC, organisé par la CCIMBO-Brest et la Chambre des métiers et de l'artisanat 29, lundi 20 novembre, au Quartz, à Brest.

Au programme : ateliers et conférences pour réussir la transformation numérique de son entreprise ou son commerce. Le détail à retrouver ici.

Taille du texte

L'évènement

Crisalide éco-activités : nouvel appel à candidatures ouvert aux entreprises et porteurs de projets du Grand Ouest

Crisalide éco-activités : nouvel appel à candidatures ouvert aux entreprises et porteurs de projets du Grand Ouest

En participant à Crisalide éco-activités, vous intégrez une communauté de business. Retrouvez toutes les informations et la fiche d’inscription à remplir en ligne.