Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Béatrice Le Gall et Myriam Emily dirigent Rolland Remorque
Simon Cohen

Finistère : Remorque Rolland renforce l’export

Christelle Hall, le 03.02.2017

En 70 ans, Remorque Rolland est devenu chef de file français des bennes agricoles.  Robotique, agrandissement et renfort à l’export jalonnent cette année 2016, sous l’impulsion de deux sœurs qui féminisent le secteur : Béatrice Le Gall et Myriam Emily.

L’entreprise familiale Remorque Rolland est numéro 1 en France, « quatre fois plus important que le second, avec 1 700 pièces produites par an », précise la Pdg Béatrice Le Gall, qui a pris la succession de son père Jean-Yves Emily en 2006. La remorque Rolland bleue, si reconnaissable, s’exporte aussi dans 35 pays.

Mais 90 concurrents français occupent également le terrain et « la crise du marché agricole se ressent, les investissements sont au ralenti. »

Automatisation et formation

Pour maintenir la barre, la capitaine d’industrie mise, d’une part,  sur l’export, avec le recrutement d’un second commercial et une progression de deux points en 2015 ; et de l’autre, sur une stratégie de modernisation. « Cela fait 10 ans que nous avons emménagé à Tréflévenez et nous avons besoin d’espace pour le stockage. » Plus grandes, les remorques bénéficient à présent d’un équipement électronique. La fabrication prend donc plus de temps et d’espace. 8 000 m2 s’ajoutent cette année aux 17 500 existants.  

Autre chantier d’envergure : L’arrivée d’une nouvelle installation de robot de soudure. Un chargé de projet recruté en 2014 y travaille. Installé cette année, cet équipement  « fera baisser le prix de revient, améliorera la qualité de soudures de caisses de bennes, palliera aussi la difficulté de recrutement en ce domaine. » Bien que la formation interne soit constante et la formation par apprentissage adoptée (5 apprentis et contrat pro en 2016), certaines compétences sont plus difficiles à trouver.

« La robotisation ne règle cependant pas tout. Nous n’adopterons pas la taille des séries de l’automobile, tempère la dirigeante. Certaines pièces de soudure exigent des pointages que seul un salarié peut exécuter. » Pour renforcer sa relation client, une nouvelle GPAO (gestion de la production assistée par ordinateur) vient d’être installée. « Il faut aider nos concessionnaires à vendre nos produits, précise Myriam Emily, responsable des achats. Nous nous sommes étoffés, avec les services études, achats et méthodes. Cela nous permet d’anticiper les besoins et de fournir des véhicules conformes et robustes. »

Concilier deux vies

Dans ce monde très majoritairement masculin, les sœurs ont su imposer leur signature. « Au départ, étant filles de, il a fallu prouver sa légitimité. Il n’est pas rare qu’on me prenne pour une hôtesse à un salon agricole, qu’on me demande s’il est possible de parler au patron ! Ou qu’un client vérifie votre réponse auprès du commercial. Mais une fois les choses dites, c’est un milieu plein de simplicité et de bon sens. » Mamans de deux enfants, il leur faut millimétrer l’emploi du temps. « Même si on peut compter sur nos conjoints, la femme prévoit, sourit la Pdg. Et je ressens toujours un peu de culpabilité à laisser les petits quand survient un déplacement. Mais c’est aussi la joie des retrouvailles ! » Et Jean-Yves Emily, ancien Pdg ? « Il se consacre à sa famille et peut enfin souffler après une dure vie de labeur. » Et compter sur la relève de deux passionnées.


Repères :


Contact :

70 ans de créativité. Créée en 1946 par Joseph Rolland, la petite entreprise artisanale est née d’une charrette à pneus avec un système de basculement, adaptée à la demande des paysans du pays léonard. Pour fêter ses 70 ans, 4 000 visiteurs ont été accueillis à Tréflévenez sur trois jours pour découvrir 6 nouveautés, 20 familles de produits et la fabrication d’un véhicule en temps réel.

Chiffres d’affaires : 32 M€ ; part export : 22% ; 200 salariés ; 280 points de vente en France

www.remorquesrolland.com