Accès par territoire
Newsletters
Menu principal
Eric et Murielle Claude dirigent L'Auberge du Vieux-Château depuis 33 ans.
Simon Cohen
Eric et Murielle Claude dirigent L'Auberge du Vieux-Château depuis 33 ans.

Eric et Murielle Claude, patrons de l’Auberge du Vieux Château à La Roche-Maurice (29). "On a fait notre temps. Aujourd’hui, on veut transmettre"

Maude Duval, le 16.02.2022

Restaurateurs et propriétaires de l’Auberge du Vieux Château depuis 33 ans, Eric et Murielle Claude ont décidé, en ce début d’année, de raccrocher leurs tabliers. « Place aux jeunes ! », répète ce couple d’entrepreneurs-bâtisseurs qui aspire à une retraite bien méritée. Le célèbre et renommé restaurant de La Roche-Maurice (29) est donc à vendre. La nouvelle va faire du bruit à Landerneau.

C’est une institution, une très bonne maison. Depuis des générations, les familles de Landerneau et des environs se pressent à la table de L’Auberge du Vieux Château (le restaurant se situe à 20 minutes en voiture de Brest et de Morlaix). « Mes parents y ont fêté leurs fiançailles en 1970 et cette année, on y a célébré leurs 50 ans de mariage », a récemment écrit une cliente sur la page Tripadvisor de l’établissement, lequel recueille une majorité d’avis d’excellence.

33 ans de bonheur

« On a accompagné les histoires de vie de nos clients en les accueillant lors d’événements marquants : des mariages, des anniversaires, des fêtes de famille… », se remémorent Murielle et Eric dont la clientèle, annuelle, est composée de beaucoup de palais fidèles. C’est la destinée de L’Auberge du Vieux Château, à la fois restaurant de proximité et écrin d’intimités, une table de tous les jours et aussi celle des grands jours. « Ici, nous avons vécu 33 ans de bonheur », se regardent, complices, les deux restaurateurs. « On a fait notre temps, on souhaite désormais transmettre », complète Eric.

La décision a été prise en janvier, après deux années rendues chaotiques à cause de la pandémie, forçant l’alternance de périodes de restrictions et d’autres de gros bouillons. Le restaurant n’a pas faibli en fréquentation : les midis de la semaine attirent en moyenne 70 couverts, des entreprises locales et des commerciaux habitués (le restaurant est fermé le soir en semaine) ; le week-end, ce sont les familles et amis qui occupent les salles quand elles ne sont pas réservées pour des événements particuliers.

Trouver une continuité

Mais Eric et Murielle reconnaissent une envie grandissante de passer le relais. « Le Covid a accéléré les choses », reconnaissent les deux gérants, au sortir de cette crise quelque peu éreintante pour l’ensemble des patrons de la restauration. « J’ai 63 ans cette année : place aux jeunes », souligne Eric, déterminé. « Ce qu’on veut, c’est une continuité », précise le patron qui se dit prêt à assurer la transition.

Le couple, qui réalise un chiffre d’affaires annuel de 800 000 euros, vend ses parts de société, pour une somme délibérément fixée à 250 000 euros. « Le loyer assurera notre retraite », calcule Eric. « L’Auberge existe depuis plus d’un siècle. Trois propriétaires s’y sont succédé, à raison d’une trentaine d’années chacun. On souhaite autant de temps et de bonheur aux prochains. »

Des travaux de rénovation réguliers

Depuis 1989 qu’ils ont repris les lieux, Eric et Murielle n’ont cessé d’innover et d’investir pour rehausser le standing de la maison. En 1995, ils n’ont gardé que l’enceinte pour rebâtir un outil moderne et fonctionnel, avec une grande salle d’une centaine de couverts, une petite de 20 places et deux salons particuliers de 12 couverts chacun. En 2008, l’entrée et le bar ont été améliorés.

Puis en 2020, la salle principale a été entièrement relookée, avec goût et sobriété : les murs ont été repeints d’un bleu canard mat et consistant pour appuyer la noblesse de la pièce, les lustres boules viennent signer une modernité assumée, relevée également par un tableau grand format lumineux de l’artiste local Thomas Godin. Aux murs toujours, une série de cartes postales anciennes raconte le passé féodal et ferroviaire de la Roche-Maurice, devenu aujourd’hui une étape touristique dans le pays de Landerneau.

« Nous venons d’investir plus de 200 000 euros dans la rénovation complète de cette salle, du sol au plafond en passant par les huisseries… Tout a été changé », explique Murielle Claude dont c’est la partie. Son mari Eric, lui, dirige la brigade. La cuisine, il est tombé dedans à l’âge de 18 ans pour enchainer les saisons, servir les fonctionnaires de la rue Colbert à Brest avant de s’installer ici, au sommet de la Roche-Maurice. Murielle l’a suivi dans cette aventure pour assurer l’accueil des clients et la gestion de ce bel établissement.

Un fort potentiel

Aujourd’hui, le couple laisse un établissement en bonne santé financière, refait à neuf, équipé, opérationnel et avec un fort potentiel. « La trésorerie est saine, la clientèle fidèle et des innovations toujours possibles », précise Eric qui verrait bien deux jeunes couples reprendre les rênes de l’Auberge, « pour avoir plus de temps libre » souligne celui qui aspire à y goûter davantage. Accompagné par la CCIMBO dans cette cession-transmission, Eric et Murielle Claude actionnent différents leviers pour conclure une reprise dès que possible. Qu’on se le dise

Découvrir L'Auberge du Vieux Château, La Roche-Maurice (29)

L'évènement

[SAVE THE DATE] Le 10e Open de l'International, le 4 juillet 2022 à Saint-Brieuc

[SAVE THE DATE] Le 10e Open de l'International, le 4 juillet 2022 à Saint-Brieuc

Pour sa 10e édition, l’OPEN de l’international, la journée d’information et de networking des entreprises bretonnes qui osent le monde, se déroulera au Palais des congrès et des expositions de Saint-Brieuc le lundi 4 juillet 2022 de 8h30 à 19h00