Accès par territoire
Newsletters
Menu principal
Nion Shuvaloff Joaillerie
Simon Cohen
Eric Nion et sa femme Katerina Shuvaloff font vivre avec passion leur entreprise. Ils veulent faire rayonner leur savoir-faire à l'international.

Depuis Brest, Eric Nion réalise des bijoux uniques et sur mesure grâce au numérique

Julie Menez, le 11.09.2019

Pas besoin d'être une importante PME pour exporter son savoir-faire hors les frontières. A Brest, le couple formé par Eric Nion et Katerina Shuvaloff mise sur les nouvelles technologies et crée des bijoux sur mesure et à distance, quelle qu'elle soit. Leur credo : audace et créativité !

C'est à Brest qu'ils se sont rencontrés, c'est depuis Brest qu'ils entreprennent. Katerina Shuvaloff, amoureuse de la langue française et lauréate d'un concours organisé par l'ambassade de France en Russie, est arrivée dans la Cité du Ponant en 2006 pour y suivre un mois de stage linguistique au Ciel Bretagne. Et quand celle qui travaillait alors en Russie dans le juridique, en lien avec des bijoutiers et des gemmologues, rencontre le joaillier Eric Nion, c'est un peu l'évidence. Depuis ils se sont mariés et le coup de foudre amoureux se conjugue au quotidien au service du développement de leur entreprise.

Exister en dehors de la pointe bretonne

Leur ambition ? Faire rayonner leurs créations bien au-delà de Brest. "Katerina est une mine impressionnante d'idées. Elle n'arrête pas ! Parfois, je peux être sceptique. Souvent, le résultat prouve qu'elle a raison", sourit Eric Nion. Par exemple, quand son épouse décide de participer à différents concours d'entrepreneurs pour gagner en visibilité, il n'y croit pas vraiment. Pourtant, en décembre 2017, le joaillier reçoit à Paris, devant un parterre de dirigeants venus de toute la France le prix de l'innovation au concours national Les Pros ont du talent. Suivront plusieurs articles de presse, aussi bien dans des journaux professionnels que dans des médias nationaux grand public. Plus tard encore, Nion décroche un grand prix de l'innovation au concours départemental Stars & Métiers.

De quoi attirer l'attention sur les investissements réalisés par les Brestois pour faire entrer le métier de joaillier de plein pied dans le XXIe siècle, grâce au numérique. Un virage pris d'abord un peu de force, en raison d'une conjoncture peu favorable : en 2010-2011, les travaux de la première ligne de tramway de Brest en plein dans la rue de Siam, artère principale où est installée la boutique du bijoutier. Et l'inquiétude de voir les acheteurs se décourager et se détourner du centre-ville. "Là, on a été convaincu de la nécessité d'avoir un site Web : il nous fallait une vitrine virtuelle pour survivre", résume Katerina Nion. "On a vérifié auprès de nombreux bijoutiers installés dans des villes où des tramways ont été construits. Katerina les a appelés un par un et ils nous ont dit avoir enregistré une grosse baisse de chiffre d'affaires, jusqu'à 30 % dès les premiers mois de travaux", précise son mari.

Un studio de création en 3D pour des bijoux sur mesure

En plus du Web, le joaillier investit dans un premier logiciel de création 3D. En 2012, il recrute un dessinateur 3D et se tient depuis à un simple principe : s'entourer uniquement de collaborateurs maîtrisant ces nouveaux outils numériques. Viennent ensuite la découverte des imprimantes 3D, à Munich lors d'un salon de l'outillage professionnel. "On a vu que c'était une opportunité de repenser notre métier." Le couple investit 70.000 € et transforme complètement son atelier. L'objectif ? Être 100 % autonome dans le processus de fabrication et, surtout, mettre le client au coeur du processus créatif grâce à un studio de joaillerie 3D.

"Après échanges pour peaufiner le dessin du modèle sur mesure, on sort une maquette en résine de la monture sur laquelle on met la ou les pierres et que les clients peuvent essayer. Il y a encore plus d'émotion quand on présente le bijou définitif", s'enthousiasme Katerina Nion. Une émotion qui n'est pas réservée aux seuls clients Brestois. "Nous voulons développer le sur mesure... à distance !" Pour ce faire, Nion-Shuvaloff mise sur les échanges par mails ou Skype mais aussi les outils de visioconférence avec partage d'écran pour que le commanditaire ne perde rien du travail et des propositions du dessinateur 3D. "Une fois que tout est validé, on envoie la résine pour essai ou alors directement le bijou, en boîte sécurisée."

Des bijoux sur mesure made in Brest ont déjà été expédiés à Perpignan, Toulon, Orléans, Cherbourg, Limoges, Toulouse... et les entrepreneurs finistériens ne comptent pas en rester là. "Nous voulons devenir une référence dans les fiançailles et l'univers du mariage en France. Nous commençons aussi à nous présenter à l'international et nous essayons d'attirer une clientèle étrangère", annonce Katerina Nion. Présence sur les réseaux sociaux, vidéos, sites web marchands et salons du mariage en Europe, comme à Barcelone où de précieux contacts ont été noués : les Brestois sont sur tous les fronts.

Prochaine étape, un diagnostic export avec une conseillère de Bretagne Commerce International pour attirer une clientèle russe et chinoise. Dans le même but, l'entreprise est adhérente du World Trade Center Brest grâce auquel Katerina Nion participe aux "english breakfast", notamment. "Il s'agit de maintenir mon niveau d'anglais mais c'est aussi une bonne occasion d'échanger avec les autres participants sur leur expérience à l'export. Ca permet d'avancer", conclut la Brestoise d'adoption.

En savoir plus

L'évènement

Municipales 2020 : la CCI Ille-et-Vilaine lance une enquête sur les attentes des chefs d’entreprise

Municipales 2020 : la CCI Ille-et-Vilaine lance une enquête sur les attentes des chefs d’entreprise

Quelles sont les attentes et besoins des chefs d’entreprise et des commerçants pour le développement de leur activité ? Comment améliorer au quotidien la prise en compte de leurs préoccupations par les instances locales ? Pour participer à l’enquête, c’est ici.