Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Buldi startup construction
Aude Sirvain
Nicolas Mahé et Matthieu Merceron ont mis au point une plateforme digitale permettant aux particuliers de définir leurs besoins pour leur projet de construction de maison.

Buldi veut révolutionner l'approche de la construction individuelle

Julie Menez, le 15.11.2018

Cette prometteuse start-up morbihannaise a mis au point une plateforme Web pour les particuliers voulant faire construire une maison. Une solution innovante qui répond aussi aux besoins des professionnels.

L'idée de Buldi a germé d'une expérience personnelle. Celle de Nicolas Mahé, son co-fondateur. "Pour mon projet de construction, j'ai eu du mal à trouver le bon professionnel. Il m'a fallu multiplier les premiers contacts avec architectes, constructeurs, maîtres-d'oeuvre... D'un rendez-vous à un autre, il fallait revenir à chaque fois sur la définition des besoins. C'était chronophage pour moi mais aussi pour eux !" Un constat que le Morbihannais partage avec d'autres amis dans le même cas, mais aussi avec des professionnels de la construction. 

En mars 2017, il présente son idée de développer un outil permettant de faire gagner du temps aux particuliers et aux entreprises spécialisées à son collègue de chez Néovia, Matthieu Merceron. Ils se connaissent bien et se sont déjà dit qu'en cas d'idée prometteuse, ils tenteraient l'aventure entrepreneuriale ensemble...

Ayant de la famille dans le domaine de la construction et connaissant donc bien ce milieu, Matthieu Merceron adhère immédiatement au projet. "Le bénéfice de Buldi est double : rendre service aux particuliers qui peuvent avoir du mal à trouver le bon professionnel et apporter aux entreprises des demandes complètes et adaptées à leur profil. C'est donc plus facile et plus rapide pour elles de faire une proposition au plus près des attentes."

Un outil développé en lien avec les pros de la construction

Le duo démissionne et, en avril de cette année, crée et installe son entreprise dans la pépinière d'entreprises de Vannes, animée par la Chambre de commerce et d'industie du Morbihan. Les rencontres avec les professionnels de la construction s'enchaînent alors pour déterminer au mieux leurs besoins. "Nous avons rencontré 20 entreprises de tout horizon, architectes, maîtres-d'oeuvre, constructeurs..., à plusieurs reprises. Nous leur avons présenté la version béta de Buldi et la V1, qui a été lancée début novembre", détaille Nicolas Mahé. Les professionnels payent un abonnement pour être référencés sur la plateforme et reverse une commission à Buldi, pour chaque projet accepté.

L'outil est disponible en ligne. Grand public et les professionnels pourront également le découvrir ces samedi 17 et dimanche 18 novembre, au Salon de l'habitat et de l'immobilier, à Vannes. Les co-fondateurs et la directrice marketing et communication de Buldi, Elise Albert, comptent bien profiter de cet événement pour doper leur visibilité et se rapprocher d'une cible qualifiée.

Mais outil digital oblige, la start-up développe particulièrement sa stratégie de communication sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, LinkedIn et Instagram. "Nous publions du contenu adapté à chacun de ses réseaux et nous allons alimenter un blog afin de créer du flux sur notre site. Les sujets traités tourneront autour de la construction, de la décoration, de l'agencement, etc.", annonce Elise Albert.

Des développements à suivre de près

Buldi fédère autour d'elle de solides partenaires institutionnels. "A la pépinière de la CCI, nous bénéficions d'un très bon accompagnement et cela nous permet de gagner du temps", apprécie Nicolas Mahé. Le business plan a d'ailleurs été peaufiné avec un conseiller à la création d'entreprise de la CCI56. 

Le dossier de la jeune pousse a bénéficié du dispositif Pass Création et le comité d'Initiatives Vannes lui a octroyé un prêt d'honneur de 10.000 €. Epaulée par le VIPE dans le cadre de son dossier pour décrocher une Bourse French Tech, Buldi a eu une subvention de 30.000 € de la BPI. En plus de leurs fonds propres et de prêts bancaires, les deux associés ont également réalisé une levée de fonds de pré-amorçage de plus de 100.000 €.

"Nous savons que nous avons mis au point une solution innovante et nous sommes conscients que, dans le futur, des concurrents peuvent arriver. Nous avons une avance d'à peu près un an que nous comptons bien garder. D'ailleurs, nous avons déjà tout un programme de développement sur 2019 et 2020 !", révèlent les co-fondateurs. Buldi, décidément une start-up à suivre de près.

En savoir plus