Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Emmanuelle Genoud, le 22.05.2019

La CCI accompagne le commerce de proximité

Pour soutenir le développement des commerces de proximité, qui participent à l'attractivité des centres-villes et centres-bourgs, la CCIMBO s'engage. Elle le fait notamment en participant à deux dispositifs en direction des commerçants (Pass commerce et artisanat) et des buralistes (Fonds de transformation).

Transformation buralistes
Simon Cohen
Au travers de ses audits des points de vente, la CCI permet aux commerces de développer leurs services et de pérenniser leurs activités.

Notre rôle est d'accompagner les différentes entreprises, en leur proposant notamment des services", rappelle Claude Ravalec, vice-président de la Chambre de commerce et d'industrie métropolitaine Bretagne ouest (CCIMBO) et président de la commission commerce. Parmi ces services, la chambre consulaire s'est engagée à soutenir plus précisément le commerce de proximité. Un engagement qui s'inscrit dans le plan de mandature des élus (2017-2021) sous l'objectif : anticiper et soutenir le développement des entreprises, à travers des actions ciblées commerces et services B to C.

Parmi ces actions, la contribution à préserver les équilibres commerciaux, et notamment l'attractivité commerciale des centres-villes, et le maintien du commerce en milieu rural, sont des priorités.

Différentes actions transverses ont cours dans le département du Finistère. Deux dispositifs sont ainsi déployés pour répondre à cet objectif : le Fonds de soutien aux buralistes, auquel est associé la CCCIMBO depuis février 2019, et le Pass commerce et artisanat, en place dans le Finistère depuis le deuxième trimestre 2018.

Fonds de soutien aux buralistes : une prise en charge de 30 % des travaux

Le constat est le suivant : le marché du tabac est en décroissance, le prix du tabac augmente, la question de la santé est omniprésente. L'activité économique chez les buralistes est donc en repli.

Un fonds de soutien national de 80 M€, a donc été débloqué par l'Etat jusqu'en 2021, pour aider les buralistes à se diversifier et faire à face à cette situation. Les diversifications peuvent être multiples : jeux, restauration, alimentation, tickets pour les transports, relais de poste, bancaire…

>> LIRE AUSSI. "L'audit garantit la viabilité du projet de transformation du bureau de tabac"

Ce fonds de soutien, appelé fonds de transformation par la Confédération nationale des buralistes, peut permettre de financer des travaux immobiliers ou mobiliers. Pour pouvoir accéder à cette demande de financement, à réaliser sur la plateforme nationale des douanes, un audit préalable est obligatoire. C'est la première des sept étapes du parcours du buraliste qui souhaite effectuer des travaux dans ce cadre.

Une convention a été signée en février 2019, entre CCI France et la Confédération nationale des buralistes, qui permet aux CCI d'être des acteurs privilégiés pour intervenir sur la partie audit de ce dispositif. Cette étape peut être composée d'un audit du point de vente, avec une inspection visuelle, une analyse de la zone de chalandise, des autres services présents autour, du flux

La grille d'analyse de l'audit est nationale. Il a un coût de 650 euros HT, par jour, et peut durer jusqu‘à trois jours. La CCI atteste alors de la réalisation du diagnostic, qui prodigue un cadre national pour les travaux. A la suite de l'audit, deux options sont possibles. Si le financement est accepté, l'audit est remboursé. Si le financement n'est pas accepté, il est remboursé à 50 %. Une prise en charge de 30 % des travaux et un montant de 33.000 € HT maximum peuvent être alloués.

La plateforme Transformation buralistes.fr est dédiée à cette opération, pour la pré-validation de l'éligibilité des dossiers. La CCI a accès sur l'intranet aux demandes et peut ainsi solliciter les buralistes pour proposer ses services d'audit.

Le Pass commerce et artisanat, un dispositif régional de soutien 

Le deuxième dispositif dans lequel est engagée la CCIMBO pour le soutien au commerce de proximité, est le Pass commerce et artisanat. C'est un dispositif mis en place par la Région en partenariat avec les communautés de communes (EPCI). Sa mise en œuvre dépend donc de la volonté politique des collectivités, qui peuvent choisir leurs cibles. Par exemple, la communauté de communes de Landerneau a choisi de déployer le pass uniquement sur ses communes rurales.

Ce dispositif propose une subvention aux artisans-commerçants de proximité, pour des créations, des reprises ou des modernisations de commerces, situés dans des communes de moins de 5.000 habitants en zone de revitalisation (ZRR).

Certaines collectivités de plus de 5.000 habitants, à l'image de la ville de Douarnenez, ont obtenu des dérogations pour déployer également le dispositif dans leur centre-ville.

La subvention pour ces travaux peut aller jusqu'à 30 % des investissements éligibles, plafonnés à 25.000 € HT.

Les services de la CCI peuvent intervenir, en identifiant des commerces éligibles par exemple, et en aidant à réaliser les dossiers de demandes d'aides. Des conventions ont été signées ou sont en cours de signature avec presque tous les EPCI du Finistère, pour travailler de concert au développement économique des territoires. La Chambre des métiers et de l'artisanat est l'interlocuteur des artisans pour ce dispositif.

Claude Ravalec CCIMBO
Maëlle Bernard

Claude Ravalec
président de la commission commerce à la CCIMBO

Parole d'élu

"Le Pass commerce et artisanat, dispositif porté par la Région et les EPCI, est la seule aide restante au commerce traditionnel. La CCIMBO instruit les dossiers de demandes de subvention. C'est important, car cela nous permet de faire un suivi des entreprises, de la prescription, d'identifier des besoins en formation et de remettre le pied à l'étrier à des entreprises qui veulent investir. Les collectivités sont de plus en plus attentives à l'attractivité de leur centre-ville, que ce dispositif peut aider.

La convention que CCI France a signée avec les buralistes, dans le cadre du déploiement du fonds de transformation, participe de la même démarche. Elle nous permet de réaliser des audits des différents points de vente, d'analyser les aspects économiques des commerces et les parcours des dirigeants. Cela nous positionne comme référent en terme de conseil économique. Et c'est bien notre rôle, d'accompagner les entreprises avec des services, comme l'audit, qui est un bon moyen de se remobiliser et de se rendre compte que l'on est pas seul avec son commerce."



Chiffres clés
500 buralistes dans le Finistère
15 demandes auprès du Fonds de transformation dans le Finistère
30 % du montant des travaux et 33.000 € HT maximum peuvent être pris en charge
80 M€ jusqu'à 2021, pour le Fonds de transformation
 
150 dossiers en cours d'instruction sur la partie commerce du Pass commerce et artisanat dans le Finistère, avec en moyenne 5.000 € de subventions.

Repères

Pour tous renseignements sur le Pass commerce et artisanat, contacter la CCI la plus proche de chez vous :

  • La CCIMBO-Morlaix : aéroport, à Morlaix, au 02.98.62.39.39 ou par courriel
  • La CCIMBO-Brest : 1, place du 19e R.I., à Brest, au 02.98.00.38.00 ou par courriel
  • La CCIMBO-Quimper : 145, avenue de Keradennec, à Quimper, au 02.98.98.29.29 ou par courriel

Pour en savoir plus sur le fonds de transformation des buralistes, rendez-vous sur le site dédié ou contactez le 01.44.69.28.81.