Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Start-up week-end 2017
Gaël Creignou
Start-up week-end 2017

La CCI 22 prend soin des créateurs et des repreneurs

Armand Jumel , le 18.02.2018

En renforçant son offre d’accompagnement vers les créateurs et repreneurs d’entreprise, la Chambre de Commerce et d’Industrie des Côtes d’Armor confirme que le soutien à cette population de dirigeants est un enjeu stratégique pour le développement économique du territoire. 

Parole d'élu

Sophie Rivière, référente Création d'entreprise à la CCI 22
Pascal Le Coz

 L’accompagnement des créateurs et des repreneurs d’entreprise est une préoccupation de chaque instant pour la CCI. Dans cette logique, des parcours spécifiques et adaptés à leurs besoins ont été mis en place. Ce soutien de proximité s'est réalisé grâce à la constitution d'un maillage territorial performant au sein duquel les antennes de Lannion, Dinan et Loudéac jouent un rôle central avec le siège de Saint-Brieuc. Par ailleurs, afin de multiplier les chances de réussite, la CCI 22 a renforcé sa dynamique partenariale en s'engageant auprès des autres structures d'accompagnement à la création et à la reprise en Côtes d'Armor. Les conseillers d’entreprise participent ainsi aux comités d'agrément de plateformes d’Initiatives locales et de Bretagne Active. Cette logique d'ouverture a également conduit à la création d'un parcours d'incubation dédié aux start-up qui fédère, sous l'impulsion de la CCI, de nombreux acteurs comme Open Bay, Cap Entreprises, le Village By CA ou La Matrice. 

Sophie Rivière
Référente création d'entreprise à la CCI 22

Compétence historique des Chambres de Commerce et d’Industrie, le soutien aux créateurs et repreneurs d’entreprise monte en puissance en Côtes d’Armor. Ouverture d’une plate-forme de crowdfunding en partenariat avec son homologue du Morbihan, lancement d’un groupe Plato Starter, dédié aux entreprises de moins de 18 mois, etc. La CCI 22 multiplie les initiatives pour enrichir un portefeuille d’offres déjà bien fourni.

« L’objectif est d’apporter le service le plus complet possible pour maximiser les chances de réussite, précise Jean-Marc Nourri, responsable du pôle commerce et création d’entreprise à la CCI 22. Certains porteurs de projet appréhendent, à tort d’ailleurs, la CCI comme une grande maison où il n’est pas évident de pousser la porte. Pourtant, il faut se sentir à l’aise de venir car le soutien aux créateurs fait partie de notre quotidien. Je dirais même de l’ADN de nos conseillers. »

 

Des services totalement gratuits

Premier guichet d’entrée, les entretiens de découverte permettent d’évoquer, en face-à-face, les grands contours de son projet. « Le rôle des antennes de Dinan, Loudéac et Lannion a été déterminant pour aller à la rencontre de personnes qui ne seraient pas venues jusqu’au siège de Saint-Brieuc, ajoute Jean-Marc Nourri. En parallèle, le fait de s’associer à des démarches collectives, comme Les cafés de la Création ou le Salon de la création, nous a permis d’être mieux identifiés comme le point d’entrée principal en Côtes d’Armor. »

Une fois les besoins du porteur de projet détectés, ce dernier est orienté vers la ou les prestations adaptées (ateliers ou accompagnement individuel). « La spécificité de la CCI est d’apporter un service totalement gratuit et à la carte, précise Sophie Rouault, conseillère à la création d’entreprise. Ce premier atelier permet de confronter son idée avec d’autres personnes. Cette interactivité est précieuse et enrichissante. »

 

Un stage non obligatoire mais conseillé

Derrière, de nombreuses réunions d’information, plus techniques, sont proposées. « Nous sommes vraiment dans une logique de sur-mesure. Chacun peut aller à son rythme selon sa situation personnelle ou professionnelle. Notre objectif est de répondre à des problématiques pratiques sur le bail commercial, l’accessibilité, le développement commercial afin que les gens soient réellement acteurs de leur projet. »

Au terme de ce parcours, le futur dirigeant est invité à effectuer le stage 5 jours pour Entreprendre. « C’est une semaine de rencontres avec des experts-comptables, des juristes, des assureurs, etc. qui vont venir bousculer les certitudes, précise Sophie Rouault. C’est l’unique dispositif payant, qui peut être pris en charge par Pôle Emploi ou dans le cadre du Compte Professionnel de Formation. Il n’est pas obligatoire mais fortement conseillé car certaines banques l’exigent désormais pour accorder leur prêt. Il bénéficie également d’une équivalence avec le stage de préparation à l’installation d’une entreprise artisanale. »

A découvrir : le témoignage d'Eric de Sonis, dirigeant de la beurrerie du Vieux-Bourg à Ploeuc-sur-Lié

 

Programme Starter et financement participatif

Pour prolonger la dynamique, la CCI 22 a enrichi son offre en s’associant, avec la CCI du Morbihan, autour d’une plate-forme de financement participatif, Bulb In Bretagne. « Elle ne s’adresse pas qu’aux créateurs mais elle permet de donner un coup de pouce complémentaire pour boucler un plan de financement, confirme Jean-Marc Nourri. Nous en avons vu les effets bénéfiques avec déjà une dizaine de projets soutenus.»

Dans cette logique proactive, la Chambre de Commerce et d’Industrie des Côtes d’Armor vient de donner un petit frère à PLATO, dispositif de soutien au développement des entreprises, qui privilégie la proximité et l’entraide entre dirigeants. Baptisé programme Starter, il cible les patrons de sociétés créées ou reprises depuis moins de 18 mois sur les territoires de Saint-Brieuc et Lamballe. Une première en France ! (en Photo , les élus , les collaborateurs de la CCI 22 et les partenaires engagés dans le projet)

À raison de deux réunions par mois pendant 6 mois, le groupe, constitué d’une quinzaine de membres maximum, alterne entre une matinale et un after-work. « Dans les rendez-vous du matin, nous travaillons selon la méthode du co-développement pour apporter une réponse précise à la problématique de deux participants, ajoute Vincent Talbourdet, animateur Plato. Pour les réunions du soir, nous allons privilégier la mise en réseau avec l’intervention d’experts de la CCI ou de nos partenaires, le CMB Arkéa et le Cerfrance Côtes d’Armor. L’agglomération de Lamballe Terre et Mer finance aussi la moitié du coût de ce programme pour les entreprises de ce territoire. » 

A découvrir : le témoignage de Nicolas Chapelle , Fondateur de Vitual World à Saint-Brieuc

Taille du texte


Chiffres clés

10

Thématiques déclinées en ateliers dédiés à la création et à la reprise d’entreprise sont proposées par la CCI 22. Ces ateliers abordent les notions de marketing, d’accessibilité, de bail commercial, de financement, etc.

 

750

Porteurs de projet accompagnés en 2017 par les conseillers de la CCI 22

Repères

Entreprendre en France :

Sophie Rouault : 02 96 78 62 21

sophie.rouault@cotesdarmor.cci.fr

Programme Starter :

Vincent Talbourdet : 02 96 78 62 29

vincent.talbourdet@cotesdarmor.cci.fr

 


TÉMOIGNAGES

Eric de Sonis patron de la Beurrerie du Vieux-Bourg : « J’avais installé mon bureau à la CCI »

Eric de Sonis patron de la Beurrerie du Vieux-Bourg
Armand Jumel

Dirigeant de la beurrerie du Vieux-Bourg à Plœuc-sur-Lié depuis 2015, Éric de Sonis confirme que, sans le soutien de la CCI 22, son projet de reprise n’aurait pas vu le jour.

 

Il y aura passé quatre mois, quasiment tous les jours et de manière totalement gratuite. Repreneur de la beurrerie du Vieux-Bourg en 2015, Éric de Sonis fait partie de ces dirigeants qui auront capitalisé un maximum sur l’aide apportée par la CCI aux créateurs ou repreneurs d’entreprise. « On en riait régulièrement à l’époque avec les conseillers de la chambre car la salle de documentation était devenue mon bureau. »

Conscient de l’opportunité offerte, ce diplômé de l’école de commerce d’Angers, ex-cadre chez Décathlon, ne tarit pas d’éloge sur les services de la CCI 22. « Le fait de pouvoir disposer d’un centre de ressources de ce type est unique quand on débute la longue route de la reprise d’entreprise. C’est même un véritable accélérateur car, dès qu’une question se pose, on peut solliciter un conseiller sans se dire que l’on va déranger. »

 

Prendre conscience des exigences de patron

Bien que disposant d’un bagage universitaire et professionnel conséquent, Éric de Sonis a souhaité suivre la totalité du parcours proposé « En école de commerce, on aborde les grandes théories économiques mais au final peu le quotidien d’une PME. Avec le stage 5 jours pour entreprendre, j’ai pu mesurer la réalité du quotidien et du travail qui m’attendait en termes de gestion, de ressources humaines, etc. »

Pour celui qui est aujourd’hui à la tête d’une PME florissante, forte de 9 salariés pour 1,1 M€ de chiffre d’affaires, le soutien apporté par la CCI 22 lui a également permis de se créer un réseau. « Nous partageons des problématiques identiques lors des ateliers collectifs. Cela permet de mesurer que l’on n’est pas seul face aux difficultés. Je ne peux qu’encourager les porteurs de projet de se rapprocher de la Chambre de Commerce et d’Industrie. Ils y trouveront tout ce qui peut contribuer au succès de leur idée. »  

Nicolas Chapelle à la tête de Virtual World : « Un accompagnement essentiel, voire vital »

Nicolas Chapelle à la tête de Virtual world
Armand Jumel

Fondateur de Virtual World à Saint-Brieuc, première salle de jeux en réalité virtuelle en Côtes-d’Armor, Nicolas Chapelle a suivi l’ensemble du parcours dédié à la création d’entreprise proposé par la CCI 22.

 

Rien ne le prédestinait à créer, un jour, son entreprise. Responsable de restauration pendant plus de 20 ans, Nicolas Chapelle vient pourtant d’effectuer le grand saut. Ce Costarmoricain de 42 ans va ouvrir la première salle de jeux en réalité virtuelle des Côtes d’Armor. « Depuis 2017, j’ai commencé à réfléchir à une réorientation professionnelle car des soucis de santé m’obligeaient à quitter mon poste. Je suis tombé sur un reportage autour du boom de la réalité virtuelle en France. Geek de la première heure, fan de jeux vidéo, j’ai décidé de creuser cette idée. »

Nicolas Chapelle se rapproche du service création d’entreprise de la CCI 22 pour évoquer son projet. « J’ai apprécié qu’aucun a priori n’ait été formulé à mon égard. J’étais en effet conscient que mon parcours professionnel était en décalage avec l’idée que je portais. Toutefois, mon implication et le fait que je déploie un concept national, porté par la société Virtual Room, ont levé tous les doutes. »

 

La banque conditionne son soutien

Naturellement, il intègre le parcours dédié aux créateurs d’entreprise. « Au-delà des rendez-vous individuels pour suivre mon projet, j’ai participé à de nombreux ateliers collectifs sur le financement, le marketing, etc. Tout cela a contribué à nourrir ma réflexion et à éviter certaines erreurs. » En décembre 2017, Nicolas Chapelle réalise le stage 5 jours pour Entreprendre. « C’est un outil fantastique car il permet de confronter son projet à des experts-comptables, des juristes, etc. Ma banque avait d’ailleurs conditionné l’obtention de mon prêt bancaire à la réalisation de ce stage. »

Fin janvier, le patron de Virtual World a intégré le dispositif Plato Starter, dernier né du catalogue de services proposés par la CCI 22, dédié aux créateurs et repreneurs de moins de 18 mois. « Lors de la phase de lancement, qui mobilise beaucoup de temps et d’énergie, ces réunions bimensuelles sont un espace idéal pour échanger avec des personnes confrontées aux mêmes problématiques de gestion, de développement commercial, etc. »

Virtual World fait l'objet d'une campagne de financement sur Bulb in Bretagne. Vous avez juqu'au 6 mars pour aider Nicolas Chapelle  à créer le  premier escape-game en réalité virtuelle en Côtes d'Armor.

 

 

 


Recommandations