Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


CCI 22

La CCI 22 mise sur la plaisance sportive

Armand Jumel , le 28.05.2018

En capitalisant sur les infrastructures du port du Légué à Saint-Brieuc, la CCI 22 soutient le développement durable d’une filière de plaisance sportive. Matérialisé notamment par des partenariats noués avec des skippers professionnels, cet accompagnement permet de développer l’activité de nombreuses TPE/PME locales.

Parole d'élu

Sacha Drouart

« Le développement des activités plaisance, loisir et sportive, est symbolique du renouveau du port du Légué à Saint-Brieuc. Sous l’impulsion du Président Alain Daher, la Chambre de Commerce et d’Industrie des Côtes d’Armor a mesuré depuis longtemps tout l’intérêt stratégique du site. La CCI fait partie des premiers à y avoir investi massivement via la création du Carré Rosengart en 2006 puis l’acquisition d’équipements dédiés à la maintenance portuaire comme la cabine de peinture en 2007. Il est fondamental que cette dynamique se poursuive. Le projet de construction d’un quatrième quai sur l’avant-port doit notamment permettre de récupérer de l’espace pour développer les activités liées à la plaisance mais aussi de soutenir les autres piliers du développement économique du Légué : le commerce et la pêche. »

Michel Lerat
Vice-président en charge des établissements gérés

 

Les temps changent. Porté par de nombreux projets de requalification urbaine et commerciale, le port de Saint-Brieuc - Le légué, longtemps décrié, suscite désormais les convoitises et retient l’attention. Une dynamique qui n’échappe pas à la filière plaisance dont la gestion des infrastructures, comme pour le port de Saint-Cast, est assurée par la Chambre de Commerce et d’Industrie des Côtes d’Armor.

« Au même titre que les activités liées au commerce et à la pêche, la plaisance est un maillon essentiel du renouveau de cet équipement structurant pour le développement économique de Saint-Brieuc et de son territoire, précise Alain Le Roux, directeur des établissements gérés à la CCI 22. Notre ambition est forte mais mesurée et prudente au regard de la concurrence portuaire en Bretagne. »

 

Un port à taille humaine

Pour faire valoir ses arguments, la CCI 22 mise notamment sur le développement d’une filière « sportive », matérialisée par un accompagnement des skippers professionnels et amateurs. « Saint-Brieuc est longtemps resté dans l’ombre de Lorient ou La Forêt-Fouesnant, précise Maxime Sorel, skipper du Class 40 V&B (en photo) . Grâce à des outils performants, des équipes ultra-compétentes et surtout un rapport qualité/prix incomparable, le Légué parvient à se démarquer. Certes, il faudra du temps pour monter en puissance mais on sent un véritable attachement à ce port à taille humaine. »

Ce sentiment est partagé par Eric Jézégou, commercial dans le BTP, mais surtout skipper amateur le week-end en catégorie Mini 6.50. « La CCI 22 réalise un travail exceptionnel pour offrir des conditions idéales de préparation des bateaux. J’aurais pu aller dans un port plus proche de mes lieux de régates mais j’aurais perdu mon temps le week-end dans les allers-retours en voiture. Au Légué, tout se trouve sur place à quelques minutes de mon domicile de Plélo. Et quand, j’entends dire que les écluses ou les marées sont un problème, cela me fait sourire car ce n’est plus vrai. »

Lire le témoignage de Maxime Sorel 

 

Un tissu économique

Initiée en 2006, l’opération de séduction de la CCI 22 s’est matérialisée par une enveloppe d’investissement de plus de 2 millions d’euros. « Nous avons souhaité répondre de manière pragmatique et précise aux demandes des plaisanciers, rajoute Laurent Kernivinen, responsable du port de Saint-Brieuc - Le légué. Outre des zones de stockage en extérieur ou sous hangar, d’une capacité d’environ 130 places, notre base technique comporte un élévateur de 20 tonnes et une potence de matage et démâtage de 2 tonnes. À cela s’ajoute une aire de carénage de 1 500 m². »

Idéales pour la préparation, par tous temps, des skippers et régatiers amateurs, ces conditions de travail contribuent, en parallèle, à l’essor d’une véritable filière économique tournée vers la plaisance. Chaudronnerie, électronicien, voilerie, sellerie, fabricant de matériaux composites, etc. Une trentaine de PME bénéficie aujourd’hui de la dynamique impulsée par la CCI 22. « C’était notre ambition de départ et je pense que nous y sommes modestement arrivés, confirme Alain Le Roux. Il y a 10 ans, il n’y avait quasiment rien sur Le Légué. Aujourd’hui, il est possible de préparer et de stocker des bateaux à l’année. »

Lire le témoignage de Juliette Girard co-dirigeante de la société Teem

 

Des ambassadeurs pour la promotion

Pour Eric Jézégou ou Maxime Sorel, mais aussi Ronan Treussard ou Vincent Biarnès, l’ambition portée par la CCI 22 de soutenir la course au large ne peut être qu’encouragée. Tous sont d’ailleurs devenus, dans le cadre d’un contrat de partenariat leur permettant de bénéficier de tarifs attractifs, des ambassadeurs du port du Légué et de ses équipements. « Nous sommes fiers de porter le pavillon de la Chambre de Commerce et d’Industrie des Côtes d’Armor quand nous sommes en compétition, assure Eric Jézégou. C’est aussi de cette manière que Saint-Brieuc rayonnera demain un peu plus. C’est un partenariat gagnant-gagnant qui a démontré toute sa pertinence. »

Informations :

Port de Saint-Brieuc le Légué : 06 75 91 67 63 - legue.plaisance@cotesdarmor.cci.fr

Taille du texte


752

manutentions de bateaux de plaisance sur le port de Saint-Brieuc le Légué en 2017

Repères


TÉMOIGNAGES

Au port du Légué, il existe « une réelle volonté d’accueillir les skippers », selon Maxime Sorel

Le skipper Maxime Sorel entouré de Laurent Kerniven (à gauche) et Michel Lerat
CCI 22

Révélé sur la Route du Rhum 2014 dans la catégorie Class 40, le skipper Maxime Sorel a choisi de faire du port du Légué sa base de travail à l’année pour préparer ses compétitions.

 

Originaire de Saint-Malo, Maxime Sorel a choisi de se tourner vers les Côtes d’Armor, et le port du Légué à Saint-Brieuc, pour préparer, depuis 2014, ses voiliers de compétition. « La rencontre s’est faite de manière naturelle autour d’une histoire d’Hommes, précise l’intéressé, actuellement en pleine préparation de la prochaine édition de la Route du Rhum 2018. La CCI 22, qui gère les infrastructures, dispose d’une équipe extrêmement compétente dirigée par un gars en or, Laurent Kernivinen. J’avais connaissance des équipements proposés, comme l’élévateur, mais je n’imaginais pas que le sens du service était aussi élevé. C’est unique en Bretagne. »

 

Mieux considéré et écouté qu’ailleurs

Pour Maxime Sorel, cet accompagnement de proximité s’inscrit dans une réelle volonté d’accueillir les skippers de course au large. « La plaisance sportive est un formidable outil d’attractivité pour un territoire. La CCI 22 a ce souci de trouver des solutions sur-mesure et adaptées à nos besoins, et ce, malgré les contraintes relatives des marées et du passage des écluses. On se sent plus considéré et écouté que dans des ports plus grands où les teams professionnels cristallisent toutes les attentions. »

Au-delà d’une réactivité sans égale, le skipper du Class 40 V&B estime que la présence, à l’année, de voiliers de compétition, contribue au développement d’une filière nautisme en Côtes-d’Armor. « De nombreuses TPE et PME, avec des compétences pointues en électronique, charpente ou composite émergent avec un rapport qualité/prix fort, juge Maxime Sorel. C’est une bonne chose pour l’économie locale car on sent une volonté réelle de travailler durablement en équipe, main dans la main. En lien avec les équipes de la CCI, je réfléchis déjà à l’après Rhum 2018 avec un changement de catégorie pour un voilier plus grand. »

 

Pour la société Teem à Pordic, « une véritable filière se met en place »

Juliette Girard dirige la société Teem à Pordic avec son père François,
Armand Jumel

Fondée en 2001, la société Teem à Pordic fait partie de ces nombreuses PME costarmoricaines qui bénéficient des retombées économiques liées au soutien de la CCI 22 à la filière de la plaisance sportive.

 

Juliette Girard en est convaincue. La société Teem à Pordic, qu’elle dirige avec son père François, n’aurait pas connu un tel essor sans la proximité immédiate du port du Légué. « C’est une chance d’avoir un outil de ce type. Mais l’autre atout est d’avoir un gestionnaire, la CCI 22, qui a compris tout l’intérêt de miser sur la course au large ou la plaisance sportive en se dotant d’outils adaptés à la manutention et au stockage des voiliers pour un coût défiant toute concurrence. »

Fondée en 2001, Teem est spécialisée dans l’électronique de bord, la gestion de l'énergie des bateaux (panneaux solaires, éoliennes) mais aussi de la communication à bord. « L’objectif est de proposer une offre sur-mesure. La proximité est donc stratégique. Le fait de pouvoir accueillir plus facilement les plaisanciers au Légué, qu’ils soient amateurs ou en compétition, a permis de capter une valeur ajoutée qui, avant, quittait le territoire. »

 

Le Légué inscrit sur la carte

Pour Juliette Girard, l’accueil de skippers professionnels, comme Maxime Sorel ou Ronan Treussard, a fait évoluer les mentalités. « Le regard n’est plus le même. Avant, tout le monde se focalisait sur Lorient, où nous avons d’ailleurs une agence, ou La Forêt-Fouesnant. Désormais, Saint-Brieuc est inscrit sur la carte pour la préparation des voiliers concourant en Figaro, à la route du Rhum, etc. Alors, certes, ils ne sont pas encore assez nombreux mais c’est un bon début car, dans leur sillage, ils contribuent au développement d’une véritable filière économique. »

Les compétences techniques ne manquent plus autour du port du Légué. À l’image de Teem, qui travaille de manière plus étroite depuis quelques mois avec Delta Voiles et la Sellerie de Saint-Brieuc, des unions se mettent même en place. « Il y a beaucoup de monde à naviguer au final ici. Il y a un vrai potentiel commercial à exploiter. Notre objectif est d’offrir le service le plus complet aux plaisanciers, professionnels ou amateurs, qui souhaitent faire, du principal port des Côtes d’Armor, leur base avancée. »

 


Recommandations