Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Transition énergétique : les îles bretonnes gardent le cap

Julie Menez, le 13.09.2018

Engagées dans des appels à projets d'envergure visant à réduire leurs consommations d'énergies fossiles, par l'intermédiaire de l'Association les Îles du Ponant, les îles bretonnes tendent vers l'autonomie énergétique. Ce vendredi 7 septembre, elles ont dévoilé des chiffres prometteurs.

Iles Bretagne Energie
Iles du Ponant

Pour 2030, les îles de Bretagne visent la décarbonisation et une consommation d'énergie renouvelable au plus proche des 100 %.

Depuis 2015, l'Association les Îles du Ponant (AIP) fait partie du projet régional Boucle énergétique locale (BEL) pour Sein, Molène et Ouessant. Et depuis 2016, du projet national Territoires à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV) pour toutes les îles bretonnes.

Territoires à énergie positive : l'exemple des îles du Finistère

En cumulé, les cinq îles du Finistère ont permis :

  • d'économiser potentiellement 2.120 MW/h et par an, quand l'objectif du TEPCV était de 429 MWh/an
  • de réduire les émissions de CO² de 1.690 tonnes par an, sur un objectif de 285 tonnes par an
  • de produire annuellement 230 MWh d'énergie à partir de sources locales renouvelables (objectif TEPCV : 12 MWh/an)

Autres bons résultats, Sein, Ouessant et Molène (non-interconnectées au réseau continental) ont multiplié par deux les résultats en termes d'économies potentielles d'énergie par rapport à l'objectif fixé par la convention BEL. Ce sont aussi 637 m3 de fioul qui ont été économisés en théorie et une baisse de 25,9 % des émississions de CO² par rapport à 2014 qui a été enregistrée.

Concernant les six îles morbihannaises et Bréhat, le programme TEPCV a permis la production locale de 108 MWh/an, contre un objectif de 60 MWh/an.

Les objectifs en termes d'économie d'énergie (205 MWh/an, réalisée pour un objectif de 562 MWh/an) et de gains en CO² (26 tonnes par an, pour un objectif de 61 tonnes) ne sont pas encore atteints mais ils le seront avant la fin du programme TEPCV, notamment grâce à des opérations de rénovation des bâtiments communaux.

>LIRE AUSSI notre dossier : Déchets et énergie, consommez moins et gagnez plus

Les leviers de la transition énergétique des îles de Bretagne

  • 1.3408 LED ont été distribués aux habitants des îles bretonnes, pour remplacer les ampoules classiques, plus énergivores
  • La rénovation énergétique de l'éclairage public à Groix, Belle-Île-en-Mer, Bréhat, Molène et sur l'Île d'Arz et l'Île aux Moines
  • Un outil informatique dynamique, élaboré par EDF SEI (Systèmes énergétiques insulaires) et Enedis pour Sein, Molène et Ouessant, a permis de visualiser les courbes de charges et les consommations journalières d'électricité du patrimoine communal
  • Des installations photovoltaïques à Sein et Belle-Île-en-Mer sur la gare maritime et la caserne des pompiers

De nouvelles perspectives

De nombreux projets et expérimentations en matière d'économie d'énergie ont pour théâtre les îles bretonnes.

  • Le projet "Phares" (Progressive hybrid architecture for renewable energy solutions in islands) pour Ouessant : composé d'un volet hydrolien, éolien, photovoltaïque et d'une capacité de stockage, il veut démontrer la pertinence d'un modèle énergétique hybride dans un contexte insulaire.
  • Le décalage des heures creuses à Ouessant : cette expérimentation menée par EDF SEI, Enedis et l'AIP vise à favoriser l'insertion des énergies renouvelables. Elle débutera dès la remise à l'eau de l'hydrolienne de Sabella.
  • Le programme "Rénov'îles" sur Sein, Molène et Ouessant : soutien aux travaux d'économie d'énergie oar EDF SEI et l'AIP.
  • La transition énergétique des îles morbihannaises : une convention de partenariat a été signée entre l'AIP et Morbihan Energies, début 2018.

Renseignements sur le site de l'Association des îles du Ponant

 


Taille du texte

L'évènement

Meilleure maîtrise des risques, les clés pour comprendre la révision des référentiels agro

Crises sanitaires, internationalisation des échanges, concurrence exacerbée, exigences de traçabilité, maîtrise des coûts, volatilité des goûts des consommateurs… L'Afnor Bretagne organise le mercredi 28 novembre, de 9 h à 12 h 30, à l'Agrocampus de Rennes, un colloque sur la sécurité des denrées alimentaires. Inscrivez-vous !