Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Recrutement dans l'agroalimentaire : des industriels expérimentent la mobilité volontaire via Agil'Agro

Julie Menez, le 06.11.2019

Porté par l'Association bretonne des entreprises agroalimentaires (Abea), ce dispositif innovant permet la mobilité volontaire des salariés chez les différents industriels actifs dans Agil'Agro. Une première expérimentation est menée dans le Finistère-Sud autour de Quimper, Quimperlé et Châteaulin.

Agil'Agro

Avec 200 sites adhérents, soit 70 % des salariés de l'agroalimentaire breton, l'Association bretonne des entreprises agroalimentaires est particulièrement au fait des problématiques de recrutement rencontrées par les industriels. Elle y a même consacré un colloque, en 2018. "Le constat était unanime : il devenait nécessaire pour les entreprises, déjà actives sur la question à leur niveau, de jouer collectif sur le sujet", résume Marie Kieffer, directrice générale adjointe de l'Abea.

Cela a permis d'aboutir à une GTEC (pour Gestion Territoriale des Emplois et des Compétences pour les Industries Agroalimentaires) reposant sur une charte co-construite entre les partenaires sociaux, l'Abea et la Direccte et favorable au développement de l'attractivité des métiers et de l'employabilité des salariés.

La mobilité volontaire des salariés

Dans les faits, il s'agit d'encourager la mobilité volontaire des salariés pour des missions de quelques mois chez les autres entreprises adhérentes de la GTEC. Les premiers mouvements devraient se faire dès janvier, une fois les salariés des entreprises concernées informées du contexte et de leurs droits (poste initial et salaire conservés).

Le cabinet HR Consultancy Partners va animer ces mobilités en réalisant un diagnostic individuel des volontaires. Il met également à destination des entreprises un outil digital pour faire circuler les offres. "Ces mobilités se font de poste à poste et ont plusieurs avantages : pour le salarié, il s'agit de se montrer agile et d'aller voir comment les choses fonctionnent ailleurs mais aussi de se prémunir de l'enfermement. C'est d'ailleurs un argument mis en avant par les recruteurs", note la responsable adjointe de l'Abea.

Au service de toute une filière

Les entreprises participantes ont aussi à y gagner : cela les fait se questionner sur la manière dont elles accueillent les nouveaux salariés, comment elles les forment ou encore sur la rédaction de leurs fiches de poste. "Notre volonté est de faire grandir les entreprises et, ainsi, faire progresser toute la filière agroalimentaire. Avec Agil'Agro, la formation devient un bien commun".

Pour le moment, le dispositif Agil'Agro est expérimenté dans le Finistère-Sud par les entreprises Giollo, France Poultry, Hénaff, La Lampaulaise de salaisons, Meralliance, Monique Rannou, SBA, SBV et Yer Breizh. "Mais de nouvelles entreprises du même périmètre géographiques (Quimperlé, Quimper, Châteaulin) les rejoignent dès janvier", précise Marie Kieffer. 

L'association prévoit de tirer un premier bilan de la GTEC à la fin de l'année prochaine.

Renseignements sur le site de l'Abea.


Recommandations