Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


A Plumélec, l'entreprise d'ingénierie Aqualast fait un bond technologique avec la numérisation 3D

Julie Menez, le 11.06.2018

Depuis Plumélec, le bureau d'études Aqualast mise sur les outils et les techniques innovantes. En plus de développer un service de lasergrammétrie aux applications multiples, l'entreprise morbihannaise est embarquée dans un projet révolutionnaire : la conception d'un navire-usine collectant et triant des déchets dans l'océan, le tout grâce à de l'énergie propre.

Aqualast Alias3D
Photos : Aqualast

"Scanner avec un laser permet de relever des dizaines de milliers de points pour former du volume. On peut alors reconstruire complètement la réalité 3D en numérique", explique Stéphan Vallet, dirigeant d'Aqualast, entreprise d'ingénierie basée à Plumélec. 

Depuis 2016, sous l'appellation Alias3D, l'entreprise morbihannaise met donc les outils performants dans lesquels elle a investi près de 70.000 €, au service de différents secteurs d'activités professionnelles.
 

"La numérisation par laser s'applique parfaitement dans le bâtiment, et notamment avec le BIM (building information modeling), qui recense toutes les informations des constructions. C'est particulièrement utiles pour les édifices compliqués car la lasergrammétrie permet de faire des mesures extrèmement précises", note Stéphan Vallet. C'est aussi extrêmement utile dans le domaine de l'expertise technique.

Faire un bond technologique

Lui-même architecte naval, Stéphan Vallet souligne également les atouts de la lasergrammétrie "pour mesurer les coques ou encore vérifier la symétrie après une avarie". Enfin, Alias3D travaille aussi pour des artistes qui souhaitent voir numériser leurs créations pour une reproduction en série ou alors pour une modification numérique, avant une impression 3D.

Enfin, l'entreprise intervient aussi auprès des industriels de l'agroalimentaire qui veulent faire évoluer leur chaîne de production et ajouter de nouvelles machines, grâce à une évaluation très fine des volumes par rapport à l'espace.

"Ces outils permettent de faire un bond technologique mais nous veillons toujours à produire un livrable accessible pour nos clients", assure le dirigeant, passionné d'innovation.

Le projet Manta : un navire-usine révolutionnaire

Stéphan Vallet et son équipe sont engagés dans le projet Manta, du nom du premier navire hauturier capable de collecter et de trier les déchets qui flottent en mer. Aqualast a ainsi dirigé le consortium technique et est en train de finaliser l'étude de faisabilité de cet ambitieux projet. "Le navire intègre une usine embarquée de tri et de stockage des déchets collectés. Surtout, il pourrait fonctionner avec 60 à 75 % d'énergies renouvelables. Soit une vraie révolution pour un navire-usine", s'enthousiasme le Breton.

Une recherche d'investisseurs pour Bi-Energy, système houlomoteur breveté

Les énergies marines renouvelables sont un sujet récurrent chez Aqualast. Le bureau d'études collabore avec Gilles Seurre, inventeur et dépositaire de plusieurs brevets de systèmes innovants de production d'énergie à partir de la houle. "Nous recherchons des investisseurs pour entrer dans la phase d'amorçage et créer notre proof of concept !", indique Stéphan Vallet. Un projet baptisé Bi-Energy, à découvrir sur le site éponyme.

En savoir plus

Taille du texte

L'évènement

Les centres de formations linguistiques du Finistère ouvrent leurs portes

Centre formation langues

Le 5 ou le 8 septembre, rendez-vous à Morlaix, Brest ou Quimper pour découvrir les méthodes d'enseignement et les outils pédagogiques des centres d'études des langues de la CCIMBO. Il y en a forcément un près de votre entreprise !

Recommandations