Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


MéGO ! : la première usine de recyclage de mégots de France ouvre ses portes à Bourg-Blanc (29)

Julie Menez, le 30.05.2018

C'est une exception française et elle est même finistérienne ! En plus d'accompagner les entreprises dans des actions de sensibilisation, Bastien Lucas et son équipe ont créé la première unité de recyclage de mégots de cigarettes de France. Le site de 250 m² est à découvrir ce mardi 5 juin.

MéGO recyclage mégots
Mé-Go !

Un mégot met entre dix et quinze ans à se biodégrader. Cela lui laisse le temps de contaminer l'eau ou encore de nuire à la biodiversité et à l'environnement. Comment endiguer cette pollution ?

Chez MéGO, l'entreprise fondée par Bastien Lucas, à Bourg-Blanc, on a décidé d'aller de l'avant en inventant un circuit de traitement de ce déchet qu'on trouve à tous les coins de rue et devant toutes les entreprises.

Récupérer les mégots : une demande des entreprises

"L'idée est venue d'une demande de plusieurs clients. Ils nous ont demandé si on pouvait collecter les mégots de leurs salariés. Mais les récupérer pour les mettre à la poubelle, ça n'était pas satisfaisant pour nous", raconte Bastien Lucas, également dirigeant d'Eco Action +, société qui gère les déchets de bureaux (papiers, gobelets, toners, etc.).

Dès fin 2015, l'équipe finistérienne d'Eco Action + a donc travaillé durant plusieurs mois en partant de la base, la composition d'un mégot, en faisant aussi appel à l'expertise de chimistes. Dans le cahier des charges : la sécurité des opérateurs et le traitement de l'eau. "Nous utilisons l'eau comme un solvant. Avec l'aide d'un partenaire européen, nous avons mis au point une mini-centrale d'assainissement de l'eau pour pouvoir la recycler sans élément polluant. Et nous avons développé notre propre laboratoire d'analyse de l'eau", précise Bastien Lucas.

Quand le mégot est décomposé en trois types de déchets

L'unité construite de bout en bout par l'équipe occupe un bâtiment de 250 m², à Bourg-Blanc. Deux personnes y travaillent pour assurer le traitement des mégots, qui sont décomposés en trois grands types de déchets :

  • La nicotine et le goudron, qui représentent 10 % du mégot, sont isolés et, en tant que déchets dangereux sont acheminés à Rennes pour être détruits - comme les Déchets d'activités de soins à risques infectieux (Dasri) des hôpitaux.
  • Les cendres et le tabac sont mis de côté. Des recherches sont en cours pour les transformer.
  • La fibre cellulose (le papier), qui compose 80 % du mégot, est dépolluée avant d'être transformée en plaques de plastique.

Le plastique thermocompressé ainsi fabriqué est alors transformé en cendriers et bientôt en bancs pour créer des "zoning fumeurs" (et éviter que les mégots soient jetés n'importe où !). "Le matériau ainsi obtenu est de plus en plus esthétique, apprécie le dirigeant finistérien. Surtout, il s'agit d'un réemploi de la matière, à un coût peu élevé."

MéGO ! : un réseau national né d'une initiative finistérienne

En plus de la collecte et du traitement des mégots de cigarettes, MéGO ! accompagne les entreprises dans des actions de prévention. Du mobilier est installé, notamment les cendriers, mais aussi des affiches et des kakemonos et l'entreprise finistérienne assure le suivi statistiques et le bilan carbone des opérations. "Nos actions rentrent dans les dispositifs de RSE ou du CHSCT ou encore de la médecine du travail.

MéGO ! a déjà donné naissance à un réseau de dix concessions, en France et en Belgique. Et son action de collecte, entamée en 2017, a déjà permis de récupérer 4 tonnes de mégots.

Afin de communiquer sur son activité innovante et durable, MéGO ! ouvre les portes de son unité de recyclage des mégots le mardi 5 juin à Bourg-Blanc. L'entreprise fait aussi partie des nouveaux membres du réseau Les Secrets de nos boîtes, c'est-à-dire des entreprises du Finistère qui organisent régulièrement des visites ouvertes au public pour faire connaître leur activité.

Renseignements : MéGO !, 1, rue Gustave-Eiffel, à Bourg-Blanc. Inscription à la journée portes ouvertes du 5 juin (de 10 h à 16 h) par courriel.

 


Taille du texte

L'évènement

Startup Weekend du 29 au 31 mars à Saint-Brieuc : les inscriptions sont ouvertes

Startup Weekend du 29 au 31 mars à Saint-Brieuc : les inscriptions sont ouvertes

Startup Weekend rassemble des personnes aux profils variés, qui possèdent la fibre entrepreneuriale. Regroupées en équipes, elles ont 54 heures pour proposer une idée de startup. L'évenement se déroule à la CCI des Côtes d'Armor. Inscrivez-vous dès aujourd'hui.