Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Les Cigales bretonnes ont investi plus de 80.000 € dans 22 projets en 2018

Julie Menez, le 29.10.2019

Constitués de particuliers, les clubs Cigales soutiennent l'économie sociale et solidaire et, plus largement, l'économie locale. Le 7 novembre, à Rennes, Vannes et Morlaix, les entreprises en recherche de fonds sont invitées à présenter leur projet à ces investisseurs solidaires.

Cigales bretonnes
DR

Le premier club Cigales a été créé en 1982 à Paris et, trois ans après, la Bretagne suivait le mouvement avec un premier club rennais. Aujourd'hui, c'est la deuxième région de France à compter le plus de Cigales, avec 42 clubs.

"Un club Cigale est constitué de cinq à 20 personnes réunies en indivision volontaire pour une durée de cinq ans. Chaque mois, elles mettent une partie de leur épargne en commun pour financer des projets choisis à l'unanimité. Les versements sont relativement modestes puisqu'on arrive à une moyenne de 25 euros par personne et par mois", détaille Jean-Marie Plantard, chargé de mission des Cigales de Bretagne. Les prêts se font via un intermédiaire en financement participatif, en l'occurrence le Breton GwenneG.

Economie sociale et solidaire et développement local pour moteur 

Particularité des Cigales, les projets soutenus appartiennent principalement au secteur dit de l'économie sociale et solidaire mais les investisseurs prennent particulièrement en compte le développement économique local.

Historiquement actif dans le bassin rennais, le mouvement Cigales a essaimé un peu partout en Bretagne pour couvrir quasiment tout le territoire. "Neuf clubs vont bientôt se créer dans les Côtes-d'Armor autour d'un financement éolien à Laurenan."

Plus de 80.000 € investis en 2018

En 2018, ce sont ainsi 80.340 € qui ont été investis par les Cigales bretonnes, avec une moyenne de 3.650 € par projet. "Cela a permis de financer 22 projets, via 31 investissements." Il s'agissait de projets agricoles (achat de terrains ou de matériel), de commerces (épiceries vrac ou zéro déchets, food-truck faisant la part belle au circuit-court) ou encore d'initiatives culturelles.
 
Parmi les plus gros projets, 15.500 € (via cinq clubs) ont été versés au bistrot-traiteur italien Bottegha Mathi, à Rennes, qui a la particularité de vouloir favoriser l'intégration des personnes autistes.
 

Cigales cherchent fourmis le 7 novembre

A l'occasion de la Semaine de la finance solidaire, les Cigales bretonnes organisent une opération en simultané à Morlaix, Vannes et Rennes. Baptisée "Cigales cherchent fourmis", elle s'adresse aux porteurs de projet en plein bouclage de business plan, aux entrepreneurs prêts à être financés mais aussi aux entreprises en développement.

Les volontaires pourront présenter leur projet durant 30 minutes et échanger avec les cigales présentes, en vue d'un possible financement futur. "Ce rendez-vous s'adresse aux entreprises ayant un besoin de financement à court ou moyen terme", prévient Jean-Marie Plantard, qui prend encore les inscriptions pour les pitchs d'entreprises.

En savoir plus