Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Guy Cotten : avec sa nouvelle usine, le bonhomme jaune se met au vert

Julie Menez, le 19.06.2019

Inventé en 1964, le ciré Guy Cotten a révolutionné le vêtement marin. Aujourd'hui, l'entreprise écrit une nouvelle page de son histoire grâce à l'usine flambant neuve qu'elle a inaugurée ce samedi 15 juin, à Trégunc. D'une surface de 4.500 m², elle allie confort de travail, développement durable et ambitions.

Guy Cotten nouvelle usine
Guy Cotten / Franck Betermin

"La précédente usine datait des années 70 et avait été agrandie à plusieurs reprises. Sur ce nouveau site, nous disposons de plus de places et avons donc pu installer de nouvelles machines", apprécie Nadine Bertholom-Cotten, fille du fondateur de Guy Cotten et actuelle dirigeante de la PME familiale. Ce nouvel outil industriel, à Trégunc, représente un investissement total de 5 M€, dont près de 3,4 M€ pour le seul bâtiment. Le reste a été utilisé pour du matériel et les aménagements.

600 m² de panneaux solaires sur le toit

Outre le fait que les salariés y bénéficient de meilleures conditions de travail (lumière naturelle, isolation phonique...), l'usine a été conçue pour fonctionner en autoconsommation. C'est-à-dire que les 600 m² de panneaux solaires (fabriqués en France) installés par EDF ENR pour une puissance totale de 99.96 kWc doivent permettre d'alimenter un tiers des besoins électriques annuels du bâtiment (éclairage, ventilation et équipements de production), "soit l'équivalent de la consommation d'électricité d'environ 40 foyers", précise Guy Cotten.

Participant à la fois du confort des salariés et des efforts de l'entreprise en matière de développement durable, des bornes de recharge électrique pour les voitures et les vélos ont été installées.

Surtout, la nouvelle usine offre l'opportunité à Guy Cotten d'accroître sa production et de recruter. "Notre objectif est d'augmenter notre production de 10 % en un an", annonce Nadine Bertholom-Cotten. Actuellement, 70 % de la production se fait à Bretagne. Car Guy Cotten possède un autre site dans le Morbihan, à Landaul, et une usine à Madagascar, les trois implantations ayant "les mêmes procédés de fabrication, les mêmes machines-outils et le même suivi de qualité".

50 salariés supplémentaires à Trégunc d'ici cinq ans

Si les nouvelles machines acquises à Trégunc participent à cette hausse de la production, il ne s'agit pour autant pas d'automatiser des tâches nécessitant actuellement un savoir-faire spécifique. En effet, si 80 personnes travaillent déjà sur le site de Trégunc, l'entreprise prévoit de recruter environ 50 personnes dans les cinq années à venir. "Nous avons encore la possibilité de nous étendre sur le terrain que nous occupons et nous pouvons aussi envisager de réorganiser les équipements pour accueillir plus de monde", précise la dirigeante.

En raison du système de confection particulier des vêtements Guy Cotten (de la soudure), l'entreprise mise sur la formation en interne. Elle réalise régulièrement des campagnes de recrutement avec Pôle Emploi : cela permet de capter des personnes éloignées de l'emploi qui, sans forcément avoir d'expériences dans le confection, font preuve de dextérité et d'attention, qualités recherchées par l'entreprise finistérienne.

"Ce bâtiment est réalisé pour répondre à notre croissance tout en maintenant l'emploi en Bretagne, le savoir-faire de notre marque en France, dans le respect de l'environnement", conclut la dirigeante de Guy Cotten. 

Le site Internet de Guy Cotten


Recommandations