Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Finist'éco : la conjoncture économique 2018 du Finistère passée à la loupe

Julie Menez, le 29.05.2019

Fruit du travail conjoint des services études des trois chambres consulaires finistériennes et document de référence, l'édition 2018 du Finist'éco vient d'être dévoilée.

Finist'Eco Cocef

Pour les professionnels, l'année écconomique 2018 a été assez dynamique dans le Finistère. Premier indicateur, la stabilité du nombre d'entreprises (46.178) et la baisse du taux de chômage. Il est ainsi de 7,9 % au troisième trimestre. "Le taux est stable à Brest et Quimper mais s'élève à environ 9 % pour Morlaix et Carhaix", note Laurent Boussard, responsable du pôle études à la délégation morlaisienne de la Chambre de commerce et d'industrie métropolitaine Bretagne ouest (CCIMBO).

Sur le volet de l'emploi, on enregistre un gain de 2.600 emplois (notamment dans le tertiaire et la construction) est enregistré et les entreprises sont nombreuses à pointer un manque criant de main d'oeuvre. "C'est notre mission que d'essayer de répondre aux besoins des entreprises en matière de recrutement. Nous le faisons grâce à la formation supérieure et la formation en alternance. Rien qu'au Campus des métiers, nous comptons 2.000 apprentis", commente Frank Bellion, président de la CCIMBO et nouveau président de la Conférence des chambres économiques du Finistère (Cocef). En 2018, ce sont ainsi 16.000 personnes qui se sont formées via les dispositifs gérés par la CCI, en vue d'un retour rapide à l'emploi.

Le secteur des services tire plus particulièrement son épingle du jeu avec 260 nouvelles entreprises en 2018. A l'inverse, le secteur agricole a perdu 400 exploiations et le commerce a vu la fermeture de 80 boutiques.

>> Bilan et analyse de l'activité agricole 2018 dans le Finistère sur le site Finist'éco.bzh

Le tissu industriel finistérien se maintient

Sur le volet de l'industrie, les observateurs décrivent l'année 2018 comme "atone". "Les industriels bretons ont limité leur investissement. On note une baisse de 14 % par rapport à 2017", précise Laurent Boussard. Si le tissu industriel finistérien s'est maintenu, avec 2.108 établissements (dont un tiers dans l'agroalimentaire), on note une baisse des effectifs de 0,5 % et jusqu'à -2,2 % pour l'IAA.

Avec une baisse de 3% de l'exportation mais aussi un recul de 10 % de l'importation, la balance commerciale s'est améliorée, avec une augmentation de 648 M€.

>> Bilan et analyse de l'activité artisanale 2018 dans le Finistère sur le site Finist'éco.bzh

5,2 Md€ consommés en 2018

En fin d'année, en raison du mouvement des Gilets Jaunes et d'un climat social tendu, la consommation a baissé en fin dannée. Avec 6.752 commerces en activité dans le Finistère, le nombre de points de vente se maintient. On note cenpendant un recul des magasins d'équipement de la maison et des personnes, quand l'hygiène et la santé sont à la hausse. "L'alimentation se redresse avec douze commerces en plus", précise Laurent Boussard.

Les Finistériens ont consommé pour 5,3 Md€ en 2018, dont 85 % des achats alimentaires en grandes surfaces et 25 % des produits non alimentaires achetés en commerces traditionnels. Le Finisère compte onze pôles commerciaux dont le chiffre d'affaires est supérieur à 100 M€.

Enfin, les achats en ligne continuent de progresser pour atteindre les 216 M€.

Légère baisse de la fréquentation touristique

La fréquentation touristique 2018 enregistre une légère baisse dans le Finistère, avec 29,3 M de nuitées (-1,4%). La clientèle française dans les hôtels recule de 1,7 %. Quant aux campings, ils continuent à progresser d'année en année avec une hausse de 6,5% de leur fréquentation l'an passé. La clientèle étrangère progresse globalement de 17,4%.

Les équipements en progression

Augmentation du trafic des ports de commerce finistériens

Gestionnaire des ports de commerce finistériens, la CCI a de quoi se réjouir car les observateurs notent une embellie des trafics.

Premier port breton, Brest voit son tonnage global augmenter de 16,3% et atteint les 2.792.116 tonnes. Une hausse portée par la progression des matières premières agricoles (+12 %) et des vracs liquides énergie (+9,9%). A noter que les marchandises diverses enregistrent un recul de 1,6% et les conteneurs de 4,6%.

Autre indicateur à la hausse, celui du nombre de croisiéristes qui ont fait escale à Brest : 16.172 passagers (+36,4% par rapport à 2017) répartis en 14 paquebots.

>>DOSSIER. Les équipements finistériens au service du développement économique

Après deux années de repli dû en raison du Brexit, le port de Roscoff-Bloscon enregistre une hausse du trafic passagers de 5,9% (547.788 passagers) et une hausse du trafic marchandises ferries (+4,3%). Le conventionnel accuse néanmoins un repli de 20,2%.

"Nous avons deux sujets de préoccupations : la pêche, car l'ensemble des criées et des ports finistériens sera très impacté selon l'accord du Brexit, et la situation du port de Roscoff et de la Brittany Ferries en cas de Brexit dur. Nous devons nous y préparer. C'est pourquoi avec l'aide de la Région et de l'Etat, nous réalisons pour 1,3M€ d'investissements afin d'être prêts en cas d'un retour des frontières", note Frank Bellion.

>> LIRE AUSSI. Bilan de l'activité pêche des ports finistériens

Le premier aéroport breton prend encore de l'ampleur

En 2018, l'aéroport de Quimper est tombé à 79.307 passagers (-3,8%). "La Cornouaille mérite d'avoir un aéroport à condition qu'il soit stabilisé. L'aéroport de Quimper est important pour le tourisme mais aussi pour le monde économique", rappelle le président de la CCIMBO, actionnaire de la société gestionnaire des aéroports finistériens. Des espoirs forts sont ainsi placés sur l'organisation de service public (OSP) qui devrait subventionner pour quatre ans la ligne Quimper-Paris Orly orchestré par Hop ! Air France.

>> LIRE AUSSI. Aéroports finistériens, des perspectives de progression en 2019

Concernant l'aéroport Brest Bretagne, tout est plutôt au beau fixe. Avec 1,1 M de passagers en 2018 (+5,6% par rapport à 2017), il reste le premier aéroport breton. Une fréquentation en hausse soutenue par les 43 destinations desservies en vol direct et la ligne Brest-Paris qui a elle seule a concerné 540.000 passagers.

En savoir plus

L'évènement

Elections municipales : les entreprises prennent la parole

Elections municipales : les entreprises prennent la parole

Dans la perspective des élections municipales de mars 2020, la CCI Ille-et-Vilaine a mené une grande enquête auprès des chefs d’entreprise du département. Elle organise 4 soirées-débats pour présenter les résultats et interpeller les candidats. Inscriptions ici