Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Economie circulaire : cultivées sur du marc de café, les pleurotes quimpéroises se transforment en chips

Julie Menez, le 03.08.2018

Un tout nouveau produit issu de l'économie circulaire a fait son apparition à Quimper. Il s'agit de chips de champignons qui ont été cultivés dans du marc de café récupéré dans les cafés du coin.

Champignons économie circulaire

Des pleurotes qui ont poussé à Quimper, du beurre de baratte... Il n'y a rien d'autres dans la recette des Champichips, produit par Cornouaille Ressources Innovations, jeune pousse de l'économie circulaire portée par Albin Monsorez. "Les champignons ont été transformés par Maxime Tanguy, de Krips, les biscuits apéritifs au sarrasin", précise Albin Monsorez.

Pour le moment, les sachets de Champichips sont uniquement en vente au bar Le Derby, en face de la gare de Quimper. "C'est le premier café à m'avoir suivi dans l'aventure en me permettant de collecter le marc de café", raconte le jeune entrepreneur quimpérois. Car l'originalité de ses pleurotes, c'est qu'elles sont cultivées sur ce qui, auparavant, était considéré comme un déchet.

300 sachets pour la première production de Champichips

Albin Monsorez collecte le marc de café chez les cafés et restaurants partenaires et en remplit des conteneurs afin d'y faire pousser les champignons. Une initiative innovante qui, couplée à l'initiative d'une association d'insertion morbihannaise et aux commerçants de Lorient, lui a valu d'être lauréat de l'appel à projets national "Mon projet pour la planète".

Pour le moment, le Quimpérois a rempli 300 paquets de ses Champichips. Les prochains points de vente seront signalés sur la page Facebook de Cornouaille Ressources Innovations.


Taille du texte

L'évènement

13e édition trophées bretons du développement durable : les candidatures sont ouvertes

13e édition trophées bretons du développement durable : les candidatures sont ouvertes

Cette 13e édition sera à nouveau l’occasion de valoriser les actions menées par les associations, les entreprises, les acteurs publics et les établissements d’enseignement sur le territoire breton. Plus d’info.