Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Doux : Triskalia s'engage dans la reprise des activités amont

Julie Menez, le 30.03.2018

LDC, leader français de la volaille, a déposé l'une des deux offres de reprise de Doux, concernant l'aval (outil de transformation et marque). Avec le soutien de la Région Bretagne, Triskalia, Terrena, LDC et Al Munajem s'associent pour gérer l'amont breton de Doux.

Reprise Doux

Cela concerne l'ensemble des contrats des éleveurs de Doux, le couvoir de La Harmoye (Côtes-d'Armor) et les fermes de reproducteurs (90 salariés) ainsi que l’usine de nutrition animale de Bannalec (19 salariés) .

Cette offre a pour objectif de maintenir l'activité sur le territoire breton. Elle sera soumise à la décision du Tribunal de Commerce de Rennes, qui devrait intervenir fin avril.

L'avenir du groupe Doux mobilise les acteurs finistériens

La présidente du département du Finistère, Nathalie Sarrabezolles, a affirmé son soutien aux salariés dans un communiqué :

"La situation financière du groupe Doux, fortement implanté dans le tissu industriel finistérien et breton, fait craindre des répercutions majeures pour l'économie de notre département, qui est, et doit rester, une terre de production agricole et agro-alimentaire. (...) (Avec Loïg Chesnais-Girard, président de la Région Bretagne) Loïg Chesnais-Girard, Président du Conseil régional sur ce dossier majeur, nous partageons le même souhait qu'une solution pérenne soit trouvée pour assurer l'avenir de l'entreprise finistérienne, l'inscrire dans une dynamique de développement, durable, et garantir le maximum d'emplois. J'espère que le travail mené par les partenaires, qui a abouti au dépôt de deux offres, ouvrira de possibles sorties positives de cette situation de crise".

Frank Bellion, président de la Chambre de commerce et d'industrie métropolitaine Bretagne ouest, à l'issue d'un point presse ce vendredi 30 mars sur la nouvelle parution du Finist'Eco :

"L'activité de Doux représente 42 % du trafic des conteneurs du port de commerce de Brest, dont la CCIMBO assure la gestion.Cette filière de poulets surgelés, combattue par d'autre pays, n'est plus compétitive aujourd'hui. Il va falloir que Doux se réoriente pour la consommation française, quand la France est une grande exportatrice de volaille. L'offre de LDC prévoit une filière nouvelle pour le poulet en France, tout en maintenant une partie de l'activité de poulets congelés. Je soutiens le maintien de tout le trafic ou d'une partie du trafic par conteneurs pour le port de Brest. La seule question que j'ai c'est 'comment conserver une filière de poulets surgelés en étant compétitif par rapport aux Brésiliens' ?"

André Sergent, président de la Chambre d'Agriculture du Finistère, à l'issue du même point presse :

"La situation de Doux est impossible dans son maintien, il y a une perte de 35 M€ sur deux ans consécutifs pour Terrena. Il y a deux acquéreurs potentiels, LDC et un groupe ukrainien. Le consortium français me va plutôt bien, car le pouvoir de décision resterait dans le Finistère et en Bretagne. Par rapport aux producteurs, ils vont devoir s'adapter à un certain nombre d'éléments, dans un marché qui évolue."

 


L'évènement

Enquête veille

Nous recherchons des participants pour répondre à une enquête que nous réalisons, en lien avec les services de la Région Bretagne et de l’Etat, sur les pratiques de #veille des entreprises. Alors prenez 5 minutes de votre temps et contribuez à dresser ce panorama des pratiques d'information des entreprises bretonnes !
En retour, nous vous adresserons le rapport de cette enquête ! #intelligenceeconomique