Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Conjoncture : les chambres économiques du Finistère analysent l'activité 2017

Julie Menez, le 10.04.2018

La 22e édition de la brochure Finist'éco sera publiée en mai et, pour la première fois, disponible uniquement au format numérique. Réalisé par la Chambre de commerce et d'industrie métropolitaine Bretagne ouest, la Chambre des métiers et de l'artisanat et la chambre d'agriculture, ce document analyse la conjoncture économique 2017. Zoom sur les chiffres clés.

Finist Eco

Entrepreneuriat et marché du travail finistérien en 2017

Après le recul enregistré en 2016, la création d'entreprise dans le Finistère repart à la hausse (+3,2 %) et le nombre de défaillances d'entreprises continue de baisser depuis cinq ans. Avec -7,7 %, le Finistère enregistre la plus forte baisse de défaillances d'entreprises en 2017.

Le parc d'établissements progresse pour la troisième année consécutive. Les trois chambres économiques recencent ainsi 46.000 ressortissants (+ 4 %) dans leurs fichiers.

Le chômage décline dans le Finistère (8,5 % en 2017) mais les demandes d'emploi enregistrent une hausse de 1,2 %.

L'industrie finistérienne a connu une belle année 2017

L'industrie finistérienne représente plus de 600 établissements, plus de 41.000 salariés et une balance commerciale positive : + 500.000 €.

Après trois ans de recul, de 2012 à 2014 et deux années d'une timide reprise, l'industrie finistérienne a retrouvé des couleurs en 2017 :

  • Chiffres d'affaires : + 5,5 % (6 % pour l'industrie de l'agroalimentaire)
  • Exportations : + 5,7 % (10 % pour l'IAA). Cette hausse est liée notamment à l'activité de Synutra, à Carhaix. La Chine est le cinquième client des exportations finistériennes.
  • Effectifs : + 1,6 % (1,1 % pour l'IAA). Sur les dix dernières années, 2017 est seulement la troisième année durant laquelle les effectifs des industriels bretons sont en hausse.

Toutefois, "la prudence reste de mise pour 2018", note les observateurs.

Commerce : une offre en recul

Fin 2017, on recensait 6.737 commerces en activité dans le Finistère, soit une baisse de 1 % par rapport à 2016 (- 102 points de vente). A noter que l'offre en équipement de la personne est le secteur qui a le plus souffert ces cinq dernières années avec la fermeture de près de 10 % de ses vitrines (- 113 points de vente).

Avec 1.006 grandes et moyennes surfaces, le Finistère est le premier département breton, devant l'Ille-et-Vilaine (882 GMS), le Morbihan (751) et les Côtes-d'Armor (540).
En 2017, la Commission départementale d'aménagement commercial (CDAC) a autorisé 24.590 m², soit un taux d’accord de 93 %.

28.000 salariés travaillent dans le commerce de détail finistérien (+1,5 %) et 10.500 dans l'hôtellerie-restauration (+3 %).

Le tourisme à la hausse dans le Finistère

Après un recul en 2016, le nombre de nuitées globales dans le Finistère enregistre une hausse de 2,6 % (+3,2 % en Bretagne). Le Finistère retrouve ainsi le niveau de fréquentation de 2015 (29,7 millions de nuitées).
L'activité des mois d'avril et de mai 2017 a été particulièrement satisfaisante. Pendant l'été, le bilan est plus mitigé avec une croissance quasi-nulle (+ 0,3 %). La hausse de fréquentation d'août (+ 2,8 %) a permis de compenser les pertes de juillet (- 2,8 %).

L'hôtellerie a progressé de 5,9 % (1,25 millions de nuitées) pour un taux d'occupation des hôtels finistériens à 63,8 % (+3,8 points).

L'hôtellerie de plein-air tire aussi son épingle du jeu avec une hausse de 14 % (après une baisse de 6,5 % en 2016). Cette hausse profite majoritairement aux campings de plus de 2 étoiles (+19 %) et aux emplacements équipés (+20 %)

Les équipements finistériens

Les ports de commerce enregistrent une baisse des trafics

A Brest, le tonnage global (2.400.000 tonnes) est en baisse de 8,9 %. Pour autant, le port de commerce brestois est toujours le premier port de commerce breton. Les matières premières agricoles ont connu une baisse de 26 % et les vracs liquides énergie de 9 %. Point positif : la progression des marchandises diverses (+8 %) et des conteneurs (+7 %).

A Roscoff-Bloscon, le trafic passagers connaît un léger repli (-0,6 %) avec 517.148 passagers, précisément. Le trafic marchandises ferries enregistre une baisse de 6 % quand le conventionnel augmente, lui, de 11 %.

Les aéroports finistériens

En 2017, l'aéroport Brest Bretagne a vu passer 1.046.851 passagers (+3,5 %). Il reste le premier aéroport breton. Dans le Sud-Finistère, l'aéroport Quimper Bretagne enregistre une nouvelle baisse (- 7%), avec 80.766 passagers.

Agriculture : des inquiétudes mais du dynamisme

En 2017, les agriculteurs finistériens ont fait preuve d'"une dynamique d'installation remarquable", notent les observateurs. Avec 135 installés aidés, il s'agit de 30 % de plus que durant une année normale. Un rythme qui se maintient en 2018.

Les tendances de conjonctures des principales filières finistériennes

  • Lait : en 2017, la collecte a enregistré une progression de 2 % et des prix en hausse de 15 %.
  • Porc : une cotation en hausse (6 %) et des exportations en retrait (la Chine représente une perte de 25 %). A noter, une demande intérieure morose.
  • Volailles : des abattages de poulets pour l'export en baisse (- 15 %), un net recul des achats en dinde (- 10,4 %) mais une envolée des cours de l'oeuf.
  • Légumes frais : la saison 2017 a été correcte pour la tomate mais les résultats économiques sont à la baisse pour les légumes de plein champ. Le bio connaît une bonne dynamique avec 72 nouvelles exploitations en 2017.

Pêche : une année 2017 correcte

Les criées finistériennes réalisent une année correcte : les résultats, en légers replis, sont compensés par une bonne dynamique commerciale. Elles ont traité 53.107 tonnes de poisson en 2017 (-2 %), pour un chiffre d'affaires de 172 M€ (- 1 %). Le prix moyen s'est maintenu (+ 1 %).

Les places de marché finistériennes restent dynamiques. Les achats à distance se développent et "les apports réguliers, le niveau des prix et une place commerciale dynamique favorisent la débarque de navires extérieurs". Le nombre navires se réduit (dix unités en moins en 2017), tandis que le nombre de marins augmente légèrement (+16).

A noter : la concession des criées sud-finistériennes a été attribuée pour huit ans à la CCI métropolitaine Bretagne ouest. 28,6 M€ d'investissements sont prévus sur la période de la concession.

Pratique : le 22Finist'éco sera publié en mai, en ligne uniquement. Les précédentes éditions sont à retrouver ici.
 


Taille du texte

L'évènement

West Web Awards 2019 : les talents bretons du digital peuvent candidater jusqu'au 27 janvier

Les inscriptions aux West Web Awards 2019 se font en ligne, que ce soit pour candidater ou pour proposer un talent de sa connaissance...