Accueil > Portraits > Eolfi lauréat de l’appel à (...)

 


Eolfi lauréat de l’appel à projet pour l’île de Groix

Publication : 17-10-2016

Lauréat de l’appel à projet de l’Ademe pour la ferme pilote de l’île de Groix, Eolfi présentait son projet au FWP Atlantic Forum (pendant la Sea Tech Week à Brest). Mais qui est Eolfi ? Présentation avec Marc Lann, directeur Mer et relations extérieures d’Eolfi.

Qui êtes-vous ?
Nous sommes une entreprise indépendante, de 35 personnes, 25 à Paris, 5 à Marseille et 5 à Taïwan. Notre activité consiste à développer des solutions de développement durable sur mer (offshore) comme sur terre (onshore). Nous avons pris le virage de l’éolien flottant en 2012, avec le programme EolFlow, avec 70 % de nos équipes qui y travaillent.

Pourquoi avoir répondu à l’appel à projet de l’Ademe lancé le 5 août pour la ferme pilote d’éoliennes flottantes à Groix ?
La ferme de Groix nous a intéressés car les conditions océaniques, houle et profondeur, y sont représentatives à 80% de celles que l’on va retrouver ailleurs sur la planète. La possibilité d’exporter notre technologie et le fait que nous soyons aussi présents en Asie a plu à la Région Bretagne qui nous a apporté son soutien. Et le projet du port de Brest est intéressant pour nous car déjà engagé.

Quel rôle pour le port de Brest ?
Le port de Brest avec son quai renforcé et son tirant d’eau à 10 mètres minimum sera une plateforme logistique idéale pour nous. La forme de radoub n°3 nous intéresse aussi pour la construction de flotteurs. Nous sommes en discussion avec la Région, propriétaire, la CCI, gestionnaire et Damen shiprepair, l’industriel.

Quelle solutions préconisez-vous ?
Notre ferme se composera de 4 éoliennes flottantes sur 17 km2 fournissant 6MW chacune et pouvant générer l’équivalent des deux-tiers de la consommation de Lorient. Notre partenaire chinois, CGN EE, apporte la majorité des capitaux du projet d’un coût global de 200M€ mais nous gardons le leadership. 85M€ sont apportés en subventions et avance remboursable.

Qui construira ?
Notre consortium s’appuie sur DCNS pour les flotteurs avec Vinci pour la partie béton. Les turbines seront construites par General Electric (présent à Saint-Nazaire) et les opérations de maintenance seront assurées par Valemo.

Quel est le planning ?
Dans l’idéal, une mise en service en 2020. Ce projet pilote va nous permettre de vérifier nos hypothèses de prix. Notre objectif est d’atteindre 80 éoliennes en ferme commerciale. L’internationalisation de la technologie est un enjeu fort du projet.

D’autres projets en cours ?
Oui nous attendons une réponse en novembre sur une autre ferme pilote en Méditerranée.




Autres Portraits

Une transition dans la coopération

Spécialiste de la maçonnerie et du gros œuvre dans le bâtiment d’élevage depuis 1979, Avry Le Corvaisier a été cédée par son créateur en mars 2009. Bien que la reprise ait été très rapide, le nouveau (...)

En savoir plus

In Vivo NSA à Saint-Nolff. 52 % du CA à l’international

Nichée dans un écrin de verdure de 40 hectares, au cœur de l’ancien fief de Jean Guyomarc’h à Saint-Nolff, l’entreprise In Vivo NSA regorge de projets pour les mois et les années à venir. Issue de la (...)

En savoir plus

M Sport (35), vêtements de sport made in Bretagne

A Rennes, la boutique Maryelen Sport pour Elle a lancé sa propre marque, fabriquée dans les Côtes d’Armor. Une ligne homme rejoindra bientôt les rayons.

En savoir plus

le dernier numéro

Découvrez vite le dernier numéro !!

JPEG - 215.1 ko

Le palmarès des entreprises bretonnes

Découvrez la 28 ème édition du Palmarès des entreprises bretonnes : hors-série-Edition 2016/2017

Hors-Série

Les entreprises bretonnes à la conquête de l’international


Portraits