Accueil > Portraits > Eco Compteur à Lannion : (...)

 


Eco Compteur à Lannion : une avance technologique et géographique

Publication : 07-03-2014

En à peine plus de 10 ans, Eco-Compteur, à Lannion, s’est affirmée comme le leader mondial d’un marché qu’elle a créé : les systèmes de comptage des piétons et cyclistes pour les circulations douces.

Présente dans 42 pays, Eco Compteur affiche un taux de croissance de plus de 20% par an, en concevant et produisant sur son site historique de Lannion.
Cette start-up prospère (chiffre d’affaires estimé : 5,2 millions € pour 2013) propose des solutions qui vont des capteurs aux logiciels d’exploitation des données.
En France comme à l’étranger, ses clients sont des collectivités (métropoles, comités régionaux de tourisme, conservatoire du littoral, parcs et réserves naturelles, monuments historiques, …) .
L’entreprise consacre 20% de son chiffre d’affaires à la R&D. Elle a lancé en 2012 un tapis de comptage de piétons ne nécessitant aucun travaux d’installation. Cette proposition a déjà convaincu le premier organisateur mondial de salons pour son activité aux Etats Unis, les musées du Louvre, d’Orsay et le château de Versailles.

Une « entreprise complète »

« Entreprise complète », de la recherche au service après-vente, Ecocompteur a défini une stratégie de conquête modulable selon les pays. Elle passe par des distributeurs notamment en Europe (Espagne, Grande Bretagne, Suède, Italie, Autriche, Pologne..). et travaille en direct principalement sur les « marchés stratégiques » que sont l‘Amérique du Nord ou l’Allemagne.
Elle a ouvert en 2012 une structure en Asie après avoir créé une filiale au Canada pour le marché nord-américain en 2010. « On est souvent surpris de se heurter à des différences culturelles là où on ne les attendait pas, souligne Christophe Milon, le directeur. Les Etats Unis, qui ont une très forte notion du service au client, peuvent réserver autant de surprises que l’Asie ».
Eco Compteur a ainsi fait le pari de recruter un jeune diplômé d’HEC Montréal qui, après plusieurs années passées au siège de Lannion, a pris la responsabilité de la filiale nord américaine. « Il nous a notamment éclairé sur l’influence que les universitaires peuvent avoir sir la décision publique. Ainsi, c’est en travaillant avec un chercheur d’Hokkaido que nous sommes entrés sur le marché japonais ». 
Pour Eco Compteur, la clé du succès est à rechercher dans son avance technologique : « Elle nous a permis d’acquérir une avance géographique. En rentabilisant une offre sophistiquée sur de nombreux pays, nous générons ainsi un cercle vertueux qui nous assure des moyens de développer de nouveaux produits sur de nouveaux marchés ». Comme la Russie en 2014…




Autres Portraits

Bord à Bord (22), l’export d’abord

Reprise en 2007, Bord à bord se distingue par la construction de bateaux en aluminium fabriqués à la demande. Des spécificités qui ont permis à ses dirigeants de s’affirmer à (...)

En savoir plus

Du Baume au cœur

Baume Constructions Métalliques, créée en 1987 par Bernard Baume, n’a pas changé de nom à sa reprise en avril dernier par Gildas Lesven. Ni de philosophie. Le coup de cœur immédiat entre les deux (...)

En savoir plus

L’activité d’APF Entreprises (29 et 56) redémarre

Après une année 2013 difficile, l’activité reprend pour les deux entités bretonnes d’APF Entreprises. Basées à Plérin (56) et Briec (29), elles sont spécialisées dans la tôlerie fine et le (...)

En savoir plus

le dernier numéro

Découvrez vite le dernier numéro !!

JPEG - 215.1 ko

Le palmarès des entreprises bretonnes

Découvrez la 28 ème édition du Palmarès des entreprises bretonnes : hors-série-Edition 2016/2017

Hors-Série

Les entreprises bretonnes à la conquête de l’international


Portraits