Accueil > Archives > Entreprises et numérique : (...)

 


Entreprises et numérique : coup de fatigue ?

Karine Sabatier, directrice de la Cantine Numérique de Rennes

 

Concurrence à tous les étages… Mondialisation… Crise à répétition… Si l’on se demande : y a-t-il urgence pour les entreprises à agrandir leur « terrain de jeu » ? La réponse est : oui ! Encore faut-il se doter des bons moyens et des outils ad hoc. Rentrés dans les mœurs depuis plusieurs années, le web n’est paradoxalement pas encore « vissé » dans l’esprit de beaucoup de PME. Les chevilles ouvrières ne manquent pourtant pas, tant du côté du privé que des institutionnels. Alors ?

 

 

« Quand je constate la réelle appropriation des outils existants par les entreprises, je dirai que j’en suis encore au stade de… l’évangélisation »,  témoigne Rénald Lelièvre, animateur de l’opération « L’Armor est dans le Web », nouveau service pour les TPE, proposé par la CCI des Côtes d’Armor. Aïe !

Ce constat rejoint celui de la Tribune qui, dans son édition du 25 janvier dernier, pointait que « les PME de moins de 50 salariés n’ont toujours pas la fibre numérique. 40% de ces entreprises industrielles n’ont pas Internet, 91% des entrepreneurs interrogés déclarant qu’un site Internet n’est pas utile ! « Quant à celles qui en ont un, le journal constatait « que 70% n’ont pas mené d’actions commerciales pour le faire connaître »

 

Après les geeks, la génération des « Y » et… la PME ?

Détour par La Cantine Numérique de Rennes inaugurée en novembre 2010 avec pour mot d’ordre, « comment ne pas subir le numérique ». Ouverte à tous (entrepreneurs, passionnés d’informatique ou des réseaux sociaux...), La Cantine accueille aussi les porteurs de projets qui peuvent profiter des infrastructures mises à disposition pour lancer leur activité.
Si dans le cadre du coworking, le lieu a surtout affaire à des personnes très au fait de la connectivité, « c’est-à-dire ultra connectées/ultra équipées et parfaitement rôdées à l’art d’une conversation via Skype », dans le cadre plus large de ses animations, Karine Sabatier, directrice de l’endroit, observe : « une pudeur des entreprises. Je pense qu’elles ne veulent pas montrer qu’elles ne savent pas. C’est vrai qu’on voit plus souvent le directeur des Services Informatiques ou le développeur que le patron. Un exemple : un lundi tous les deux mois nous proposons une animation avec des PME qui, via des jeux et des applications, viennent montrer leur savoir-faire autour du mobile. Aucun problème pour les voir s’exposer. Mais dans notre atelier « Twitter pour les nuls », on voit seulement, le cas échéant, le ou la responsable de la communication... »

« Quand on travaille avec les clients, on est très vite confronté à un manque de connaissance. On a le sentiment qu’ils sont là parce qu’il le faut bien »,  note Arnaud Louvet à la tête de l’agence web Voyelles (Rennes) qui propose de la formation sur le sujet dans tout le Grand Ouest. « Trop de PME en sont encore sur de vieux réflexes : elles vont avoir un responsable web alors que ça devrait désormais être l’affaire de tous dans l’entreprise ! Il y a encore un vrai manque de curiosité pour le web en dehors de leur produit » déplore la directrice de la Cantine Numérique.

 

Serge Marshall

Bretagne Economique n°213 Avril 2012 




le dernier numéro

Découvrez vite le dernier numéro !!

JPEG - 215.1 ko

Le palmarès des entreprises bretonnes

Découvrez la 28 ème édition du Palmarès des entreprises bretonnes : hors-série-Edition 2016/2017

Hors-Série

Les entreprises bretonnes à la conquête de l’international


Portraits