Accueil > Dossiers > Transmission d’entreprise, (...)

 




Transmission d’entreprise, comment bien s’y préparer ?

Transmettre son entreprise reste une opération de longue haleine. Faute de trouver un repreneur, nombre d’entre elles disparaissent chaque année. Un constat terrible et difficile à accepter quand les enjeux d’une reprise se traduisent par des emplois, le maillage territorial et l’attractivité.

Même si en matière de transmission d’entreprise, les chiffres sont toujours à prendre avec réserve, ceux mis à jour par la CCI Bretagne1 en octobre dernier sont inédits. Notre région compte 2 269 entreprises potentiellement à reprendre, à savoir que leurs dirigeants ont plus de 60 ans. C’est 14 % du parc total des TPE-PME (de 5 à 199 salariés) et en termes d’emplois, près de 49 000 salariés. Il y a 5 ans, elles étaient 2 150 et représentaient 40 500 emplois. Cette hausse devrait se poursuivre. Bien sûr, toutes ces entreprises ne seront pas sur le marché, comme les transmissions familiales et celles transmises à un ou plusieurs salariés. Par contre, une autre partie de ces entreprises disparaitra bel et bien faute d’avoir un avenir mais plus encore d’avoir su préparer à temps leur transmission.

Anticiper les enjeux sociologiques et humains
« Toute opération de transmission est complexe à plus d’un titre, pointe d’emblée Benoît Cabanis, élu à la CCI Bretagne et la CCI Rennes. Il serait beaucoup trop réducteur de restreindre l’entreprise a un objet économique que l’on pourrait acheter comme n’importe quel bien. L’entreprise est aussi et surtout une construction humaine et il est courant que le poids de l’intuitu personae influe sur la réussite ou l’échec de la reprise et par la même sur la valorisation de l’entreprise. C’est particulièrement vrai dans une entreprise de petite ou moyenne taille, où le dirigeant occupe un rôle central, en interaction avec la plupart des salariés. Se mettre en posture de pilote et non de conducteur constitue à mes yeux un facteur essentiel à la réussite de toute transmission et s’appréhende bien en amont du projet. » Une telle opération est également complexe juridiquement. Il faut d’abord identifier la meilleure voie fiscale dans la jungle des dispositifs en vigueur. Ensuite, il faut pour le repreneur définir le montage de reprise le plus pertinent. Sans oublier la phase d’évaluation de l’entreprise et la négociation entre vendeur et acheteur. Ce qui nous amène à une période de préparation estimée à entre 3 et 5 ans. « La sous-estimation du temps nécessaire à la transmission d’une entreprise est son principal frein, tant au stade de la réflexion que de la préparation de la cession. »

Détecter en amont les entreprises potentiellement transmissibles
« La transmission d’entreprise est un enjeu de politique publique majeur, les entreprises concernées étant des viviers de croissance, de production et d’emploi, souligne pour sa part Loïg Chesnais-Girard, premier vice-président du conseil régional. Favoriser leur transmission permet de s’assurer que notre tissu économique régional reste compétitif. De toute évidence, les cédants ne comptent pas sur les collectivités locales pour les aider. Il faut donc s’appuyer sur les acteurs de terrain existants, communautés de communes comme CCI, pour détecter en amont les entreprises potentiellement transmissibles. En proximité avec les chefs d’entreprise, elles sont à même d’éduquer le territoire, de convaincre les cédants de se préparer bien en amont ».
Une des solutions à mettre en œuvre consisterait à identifier un référent, capable sur son périmètre d’actions, de suivre les pépites à savoir les PME et les TPE qui produisent de la valeur. « En fait, il s’agit de créer un maillage idéal pour que tout cédant puisse s’ouvrir et trouver s’il le souhaite une solution de proximité », précise l’élu régional.

Se faire accompagner par les CCI et/ou un spécialiste de la transmission
Benoît Cabanis partage cette analyse : « il est essentiel de comprendre que la grande majorité des cessions d’entreprises provient du « marché caché ». Intégrer ce marché consiste à identifier les entreprises qui sont ou seront susceptibles d’être cédées (selon l’âge du chef d’entreprise, la situation financière de la société...) puis à contacter leurs dirigeants autour d’un projet de transmission. Dans cette démarche, il est préférable de se faire accompagner par des acteurs comme les chambres de commerce et d’industrie qui sont en mesure de détecter ces cédants potentiels en toute confidentialité. Nous favorisons l’approche directe pour les orienter autant que nécessaire vers les professionnels de la transmission. » En 2015, plus de 6 300 cédants ont été contactés à titre de sensibilisation et environ 300 ont été reçus par l’ensemble des CCI bretonnes. Celles-ci accompagnent également les repreneurs, les aident à préparer leur projet et les forment au métier de dirigeant (voir témoignage d’entreprise). De nombreuses réunions d’information sont organisées, un accompagnement individuel avec des conseillers spécialisés est également proposé, tout comme des permanences avec des experts (avocats, notaires, experts- comptables, assureurs, banquier, cabinets de transmission-reprise, etc). « Tous ces partenaires sont recensés sur le site www.reprendre-Bretagne.fr. Lancée en 2004, cette plateforme web est une sorte de marché ouvert où l’essentiel des offres provient de repreneurs à la recherche de la pépite. Outil à vocation régionale, ce site favorise les rapprochements cédants-repreneurs », rappelle Benoît Cabanis.

L’accès au financement
Dans un projet de reprise, le financement est également un point crucial. Les sommes qu’il est nécessaire de mobiliser, sont souvent importantes. Il est donc nécessaire de nouer des partenariats et d’obtenir le soutien des banques pour être en mesure de mener à bien l’opération. Pour les candidats à la reprise, les CCI ont créé le site www.lesaides.fr, livrant les informations tant nationales que régionales et locales sur l’ensemble des solutions de financement à leur disposition. En Bretagne, le site entreprise.bretagne.bzh/jcms/wcrb_191465/fr/accueil permet de découvrir en un seul clic structures d’accompagnement, outils de financements et partenaires publics. « Lancé en partenariat avec BPI France et la Caisse des dépôts en région, cet outil n’est pas assez connu. Il est pourtant essentiel que tous les acteurs sur un même territoire agissent dans un objectif commun, se saisissent des outils déjà existant pour aider les entreprises à se développer » souligne à son tour Loïg Chesnais-Girard. Si les réseaux bancaires participent à la quasi-totalité des opérations de cession, on soulignera le rôle spécifique de la BPI et de la Caisse des dépôts (CDC) ; comme les CCI, appuyées en particulier par les plateformes d’initiative locales fédérées dans Initiative Bretagne, leurs interventions ne se limitent pas qu’aux questions de financement.

Article paru dans le numéro 12 de Bretagne économique 4ème trimestre 2016 - Toutes éditions



Autres Enquêtes

La compétitivité de la Bretagne passe par son accessibilité

Dans un contexte de mondialisation des échanges, la qualité des infrastructures, du réseau ferroviaire et aérien jusqu’au très haut débit, est devenue essentielle à la compétitivité des entreprises et à (...)

En savoir plus

Quelques astuces pour un bon positionnement sur Internet

Des mots-clés à la création de pages spéciales. Il y a peu, la recherche d’une entreprise passait par les pages jaunes. Aujourd’hui la majorité des connexions sur les sites Internet se fait après (...)

En savoir plus

Accord sur l’emploi, de réelles avancées en matière de flexibilité qui restent (...)

Les partenaires sociaux ont trouvé un compromis le 11 janvier pour apporter davantage de flexibilité à l’employeur et de sécurité aux salariés. Quelles peuvent être les conséquences du texte de loi pour (...)

En savoir plus

le dernier numéro

Découvrez vite le dernier numéro !!

JPEG - 215.1 ko

Le palmarès des entreprises bretonnes

Découvrez la 28 ème édition du Palmarès des entreprises bretonnes : hors-série-Edition 2016/2017

Hors-Série

Les entreprises bretonnes à la conquête de l’international


Portraits