Accueil > Dossiers > La compétitivité de la Bretagne

 




La compétitivité de la Bretagne passe par son accessibilité

Crédit photo : Simon Cohen

Dans un contexte de mondialisation des échanges, la qualité des infrastructures, du réseau ferroviaire et aérien jusqu’au très haut débit, est devenue essentielle à la compétitivité des entreprises et à l’attractivité économique de notre territoire.

Pour les entreprises, le référentiel temps devient incontournable et l’accès aux marchés ne se calcule plus en distance réelle mais en distance temps. Ceci est d’autant plus tangible que le déplacement du centre de gravité de l’Europe vers l’est complexifie la relation entre les entreprises bretonnes et leurs marchés. La connexion de la Bretagne au monde passe par le renforcement de la qualité des infrastructures de transport et services existants, par la réalisation de nouveaux projets structurants comme la LGV ou Notre-Dame-des-Landes, ainsi que par le déploiement du très haut débit.

Une offre aérienne renforcée
Les échanges s’intensifiant, les aéroports bretons ont su diversifier, au cours de ces dernières années, leur offre aérienne pour l’ouvrir à de nouveaux marchés nationaux et internationaux. Dans ce contexte, même si le transfert de Nantes-Atlantique vers Notre-Dame-des-Landes, aura nécessairement à terme, un impact sur certaines plateformes bretonnes, les CCI de Bretagne voient dans ce futur aéroport une opportunité supplémentaire d’ouverture sur le monde. Les liaisons aériennes internationales constituent l’un des principaux facteurs d’attractivité d’une ville pour y implanter une activité. « Avec Notre-Dame-des-Landes et Brest, souligne Alain Daher, la Bretagne s’appuiera sur deux piliers en matière de desserte aérienne auxquels se grefferont les plateformes secondaires. » Celles-ci, de par leur proximité avec des bassins d’emploi importants, poursuivront leurs activités sur les trois volets : desserte régulière des grandes villes françaises, vols low-cost et fret. Pour les Finistériens, disposant de deux aéroports, Brest et Quimper, l’enjeu de liaisons aériennes à des prix compétitifs demeure plus que jamais essentiel pour maintenir les centres de décisions et continuer à attirer de nouvelles activités.

Brest/Quimper – Paris en 3 heures
D’une longueur de 214 km entre Le Mans et Rennes pour un coût prévisionnel de 3,4 milliards d’euros, le projet LGV Bretagne / Pays-de-la-Loire est le prolongement en direction de la Bretagne et des Pays-de-la-Loire, de la LGV Atlantique mise en service en 1989. Cette ligne nouvelle circulable à 320 km/h permettra de gagner 37 minutes sur les liaisons entre Paris et Rennes et au-delà pour l’ensemble de la Bretagne jusqu’à Saint-Malo.
Priorité régionale, la LGV a donc pour objectif de développer de manière significative la desserte de la Bretagne, en réduisant la position périphérique de l’ouest et en renforçant son accessibilité avec les autres régions françaises et européennes. Selon Réseau ferré de France, le calendrier des travaux est à ce jour respecté et le TGV arrivera en gare de Rennes en mai 2017. De manière à éviter tout risque de décrochage de l’ouest breton, la CCI Bretagne n’accepte ce schéma qu’avec l’amélioration des lignes Rennes-Brest et Rennes-Quimper.
Actuellement, les meilleurs temps de parcours sur Brest ou Quimper sont de plus de 4 heures. Des travaux sont en cours sur les lignes Rennes-Brest et Rennes-Quimper avec rectification des voies et suppression des passages à niveau pour accueillir les TGV en 2017. Mais ce n’est pas encore la grande vitesse. Les réflexions sur le projet Liaisons nouvelles ouest Bretagne / Pays-de-la-Loire (LNOBPL) vont se poursuivre jusqu’en 2014. Elles prévoient le prolongement de la grande vitesse au-delà de Rennes, vers Brest, Quimper et Nantes via le nouvel aéroport de Notre-Damedes-Landes. « La CCI Bretagne suivra de près l’avancée des études sur ce projet et continuera à semobiliser pour mettre Quimper et Brest à 3 heures de Paris. Ce n’est pas qu’un problème finistérien, c’est aussi un problème intra-Bretagne. Il est impératif que nous puissions rapprocher les temps de déplacement entre Brest et Rennes et Quimper et Rennes », affirme Alain Daher.

L’aménagement numérique du territoire
Les acteurs économiques l’ont bien compris et c’est pourquoi, dès 2011, la Bretagne (avec le syndicat mixte Mégalis Bretagne) a été la première région en France à se doter d’un schéma de cohérence numérique fixant l’ambition de disposer à terme d’infrastructures en capacité de supporter tous les services et innovations numériques. « La qualité des liaisons Internet pour les entreprises est devenue un atout essentiel de l’aménagement du territoire », constate Alain Daher. « C’est une des principales clés de leur développement. Avec le très haut débit, l’histoire s’accélère et la mutation ultra rapide du commerce en est la preuve vivante. Le tout-connecté, l’ultra connaissance des consommateurs, les big data, les robots sont en train de bousculer le modèle, la relation client et les centres commerciaux. » Le déploiement du réseau fibré en Bretagne va inciter les opérateurs à valoriser le réseau via des offres de services innovants : Cloud computing, numérisation des contenus, développement des technologies de base numériques, « smarts grids », e-santé, sécurité et résilience des réseaux, systèmes de transports intelligents, ville numérique et e-éducation. Au coeur de ces innovations, l’accès au très haut débit dessinera le territoire national et déterminera demain l’attractivité et la compétitivité des territoires. La fibre réduit les distances, contribuant à l‘intérêt général sur l’ensemble du territoire, sans discrimination.

Carte en anamorphose :
Les distances sont remplacées par les temps de parcours ferroviaires au départ de Paris (situation en 2012). Source : IEF29


Article paru dans le numéro 1 de Bretagne économique
Janvier 2014 - Toutes éditions



Autres Enquêtes

La famille est pleine de ressources

En période de prospérité, on les ignore, parfois même on se moque de leur manque d’audace. En temps de crise, elles reviennent au premier plan. Leur bonne santé intrigue. Leur stratégie prudente sur le (...)

En savoir plus

Fournisseurs automobiles : Quelle stratégie pour franchir les obstacles (...)

Les 1 400 suppressions de postes annoncées par PSA à Rennes font craindre des retombées en cascade sur les fournisseurs automobiles. Pour éviter les déconvenues, combattre la dépendance vis-à-vis d’un (...)

En savoir plus

Les relations commerciales avec la Chine

Troisième économie mondiale, la Chine attire les entreprises et parmi elles, les PME bretonnes. Mais la barrière de la langue, alliée à d’autres incompréhensions culturelles, complique les relations (...)

En savoir plus

le dernier numéro

Découvrez vite le dernier numéro !!

JPEG - 215.1 ko

Le palmarès des entreprises bretonnes

Découvrez la 28 ème édition du Palmarès des entreprises bretonnes : hors-série-Edition 2016/2017

Hors-Série

Les entreprises bretonnes à la conquête de l’international


Portraits