Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Plougonvelin (29) : deux frères font le pari d'un musée privé sur la vie pendant la guerre 39-45

Julie Menez, le 03.08.2017

Réaliser un rêve d'enfant, c'est ce qu'Aurélien Coquil et son frère Clément viennent de faire, à Plougonvelin. Ces passionnés de la Seconde Guerre mondiale viennent d'ouvrir un musée sur l'histoire de la Bretagne pendant la guerre, dans un lieu de l'époque, à deux pas de la Pointe Saint-Mathieu. L'enjeu des deux associés est maintenant de faire vivre cet endroit touristique, en dehors de la saison estivale.

Musée Mémoires 39-45

L'endroit en impose. A 500 m de la Pointe Saint-Mathieu, à Plougonvelin, se dresse un blockhaus de commandement allemand, datant de la Seconde Guerre mondiale. Depuis fin mai, les cinq étages du bâtiment accueillent la collection d'objets d'époque d'Aurélien, 34 ans, et Clément Coquil, 27 ans.

Les deux frères, originaires du Finistère nord, sont fascinés par la guerre 39-45 depuis l'enfance et plus particulièrement par "les petites histoires dans la grande Histoire, l'aspect humain", insiste Aurélien Coquil. Cette passion les a amenés, de l'adolescence à maintenant, à collecter des objets de cette période mais, surtout, à rencontrer ceux qui avaient vécu ces moments à part. "On a entendu des civils, des militaires... On s'est dit qu'il y avait des choses à faire."

Pas de concurrence et un endroit touristique

Aurélien Coquil et son frère prêtent alors régulièrement leur collection, dans le cadre d'expositions temporaires. Devant l'intérêt croissant qu'ils rencontrent, ils décident alors de se lancer. "Tout collectionneur a pour projet un musée... Mais c'est difficile, ça dépasse l'univers de la passion, de la collection", insiste Aurélien Coquil.

Ouvrir un musée privé est une vraie entreprise : ce n'est pas simple. Il y a deux ans et demi, les deux frères rencontrent des élus de Plougonvelin pour leur parler de ce projet. La mairie vient d'acheter un très grand blockhaus. "Une friche militaire mais idéalement placée, à proximité de la Pointe Saint-Mathieu, qui est un endoit touristique assez important et où, aujourd'hui, il n'y a pas réellement de concurrence", se souvient le Finistérien. Un bail emphytéotique de 25 ans est établi entre la commune et les deux frères. "On loue mais on a pris les frais de réhabilitation à notre charge", explique Aurélien Coquil. La vente de sa société d'isolation thermique lui a permis d'avoir un apport pour démarrer.

Neuf mille visiteurs en deux mois

Après un an et demi de travaux et 500.000 euros, le musée, baptisé Mémoires 39-45, a ouvert fin mai. La météo morose et le bon relais des professionnels du tourisme du secteur ont permis au musée de faire un bon démarrage. "En deux mois, nous avons eu 9.000 entrées payantes", détaille Aurélien Coquil. Pour autant, le Finistérien est conscient que le seuil de rentabilité du musée ne pourra pas être atteint en un an d'exploitation. Lui voit déjà comment faire vivre les lieux en dehors de la seule saison touristique.

Désaisonnaliser l'activité

Les lieux seront ouverts au grand public d'avril à novembre et aux groupes toute l'année. Le démarchage des scolaires est en cours et celui des associations de seniors va suivre. Les deux associés visent les clubs du troisième âge de la pointe bretonne, jusqu'à Saint-Brieuc. "Nous avons 500 m² d'exposition, ce qui représente une heure et demie de visite. C'est un produit consistant !" En effet, une attention particulière a été portée à la scénographie des lieux. Tout est fait pour que le visiteur soit plongé dans l'ambiance, afin d'être au plus près de ce que pouvait être la vie en Bretagne à cette période, "de 1935 à l'après-guerre et aux baraques de Brest". En plus des près de 4.000 objets mis en scène, les deux frères ont rapporté quantité d'anecdotes tirées des témoignages qu'ils ont collecté toute leur vie.

Musée Mémoires 39-45


Taille du texte

L'évènement

Open de l'industrie Bretagne 2017 : réservez votre jeudi 19 octobre

Les industriels bretons ont rendez-vous à Saint-Brieuc, pour cet évènement régional d’envergure dédié à l’industrie manufacturière bretonne.