Accueil > Actualité > Région > L’association Bleu-Blanc-Cœur

 


L’association Bleu-Blanc-Cœur s’engage avec l’Etat

Publication : 26-04-2013
De gauche à droite : Jean-Pierre Pasquet et Pierre Weill : co-présidents de l'association Bleu-Blanc-Cœur,

L’association Bleu-Blanc-Cœur (Combourtillé-35), avec à sa tête Pierre Weill, par ailleurs Président du Pôle de compétitivité Valorial, vient de signer un accord collectif avec le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Celui-ci stipule que Bleu-Blanc-Cœur s’engage dans des filières de productions à développer une agriculture respectueuse des grands équilibres de la nature, pour une alimentation de qualité, accessible à tous, via la distribution comme la restauration collective. Cet accord est une première en France. Bleu-Blanc-Cœur s’inscrit ainsi dans la toute première démarche d’intérêt nutritionnel et environnemental officiellement reconnue par l’État. Cet accord, signé dans le cadre du Programme national pour l’alimentation (PNA) oblige Bleu-Blanc-Cœur à travailler avec un plus grand nombre d’agriculteurs dont le nombre s’établit aujourd’hui à 5 000.

Engagements :

 

sur le plan nutritionnel :

. Favoriser les apports d’acides gras Oméga 3 « renouvelables » dans notre alimentation et permettre ainsi à

1 million de français de plus, de couvrir leurs besoins en Oméga 3 chaque jour (besoins = 2,2 g / jour – source ANSES) ;

. Réduire de 2 240 tonnes l’apport des graisses saturées afin qu’on ne les retrouve pas dans les assiettes.

Ce qui reviendra à éviter une consommation équivalant à 6,5 millions de litres d’huile de palme.

 

sur le plan environnemental :

. Réduire les émissions de CO2 de 231.000 tonnes équivalents par les ruminants, soit l’impact de plus de

2 milliards de km de voitures. Cette capacité de réduire les émissions de CO2 répond à une méthodologie développée par Bleu-Blanc-Cœur, reconnue par le Ministère de l’Ecologie et par les Nations-Unies ;

. Réintégrer des milliers d’hectares de « graines oubliées » oléo-protéagineuses en France. Dans ce cadre, Bleu-Blanc-Cœur s’emploiera à faire cultiver 22.100 hectares de lin, 12.000 hectares d’herbe et de luzerne, 18.000 hectares de protéagineux…

Cet engagement vise la fin des importations de 64 700 tonnes de soja des pays du Mercosur vers la France

et la réduction de la production de 160 000 tonnes de maïs en France.

 

Cela signifie que Bleu-Blanc-Cœur s’est engagée avec le soutien de l’État, à convertir des nouveaux agriculteurs à appliquer son cahier des charges, afin d’obtenir les pourcentages de productions suivants pour 2016 en France :

- 10 % de la production de porcs,

- 4 % de la production d’œufs, de lait et de viande bovine,

- 16 % de la production de lapins,

- 2 % de la production de poulets et de dindes, et

- 11 % de la production de canards.

 



Autres Actualités

Immobilier : nouveau challenge pour le groupe Lamotte

Pour asseoir son arrivée dans la capitale, le Groupe rennais Lamotte - via sa filiale Lamotte Constructeur - s’est implanté en 2016 dans des bureaux à la Tour Montparnasse. C’est au 43ème étage, sur (...)

En savoir plus

Financement : 9 entreprises sur 10 obtiennent les crédits demandés selon le (...)

Le Comité régional des banques de Bretagne de la Fédération bancaire française l’affirme par la voix de son Président Maurice Bourigaud : « nos priorités en 2017 sont le financement de l’économie et la (...)

En savoir plus

Côtes d’Armor : Distinction pour Ubister, désormais partenaire européen du (...)

Basée à Rostrenen (22), Ubister a été fondée en 2010 par Pierre Gueguen et Nathalie Sarrey. Elle vient de recevoir par SAP, leader mondial sur le marché du cloud computing, le titre de « Partenaire (...)

En savoir plus

le dernier numéro

Découvrez vite le dernier numéro !!

JPEG - 215.1 ko

Le palmarès des entreprises bretonnes

Découvrez la 28 ème édition du Palmarès des entreprises bretonnes : hors-série-Edition 2016/2017

Hors-Série

Les entreprises bretonnes à la conquête de l’international


Portraits