Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Polder de Brest : victime d'une déformation, la nouvelle digue va bénéficier d'un confortement

Julie Menez, le 27.11.2019

Ce mercredi 27 novembre, Loïg Chesnais Girard, président de la Région Bretagne (propriétaire du port de Brest), et Frank Bellion, président de la Chambre de commerce et d'industrie métropolitaine Bretagne ouest, ont fait le point sur les travaux d'aménagement du terminal EMR du port de Brest et dont le chantier a été arrêté.

Polder Brest
B.Kermarec/CCIMBO

Si, jusqu'à présent, le chantier du quai EMR dont les travaux ont débuté en 2017 se déroulait dans les délais, les choses ont changé depuis cet été. En effet, une déformation de la structure métallique du quai, plus importante que prévu a été constatée par le constructeur Vinci et le bureau d'études Egis, maître d'oeuvre du projet, qui ont décidé de stopper le chantier.

Invisible à l'oeil nu mais détectable par les outils de surveillance, cette courbure de la digue va donc nécessiter des opérations de confortement dont ni le détail ni le coût ne sont encore connus. "On en saura davantage quand toutes les études seront finalisées. Quant au coût, le chiffrage est aussi en cours et nous sommes en discussion avec les assurances", rapporte Loïg Chesnais Girard, président de la Région Bretagne. Propriétaire du port de Brest, la Région est le maître d'ouvrage du chantier.

Les travaux supplémentaires normalement couverts par les assureurs

La collectivité, comme "les entreprises de travaux intervenant sur le port, ont toutes souscrit des polices d'assurance adaptées à ce type de chantier exceptionnel. Les surcoûts engendrés devraient donc être couverts par les différents assureurs, sachant que l'investissement consenti à ce jour est de 50 M€", selon un communiqué de la Région Bretagne. Pour rappel, le programme global d'aménagement du port de Brest pour le terminal EMR représente un investissement de 220 M€.

Les travaux supplémentaires dont va faire l'objet la digue vont donc retarder la mise en service du quai, normalement prévue pour le courant de l'année prochaine. "Nous devrions être en mesure de bénéficier de ce quai à plein à partir du printemps ou de l'été 2021", annonce ainsi Loïg Chesnais-Girard. "Le polder continue à avancer conformément aux délais et les entreprises pourront s'y installer. Par contre, elles ne pourront pas utiliser le quai avant sa livraison". Propriétaire et concessionnaire du port sont donc en train d'étudier, avec les clients, les solutions possibles.

Des alternatives logistiques à l'étude

"Le port de Brest est le premier port de Bretagne. Nous disposons d'une multitude de quais, dont certains ont déjà servi pour des charges très lourdes, comme la forme numéro 3, qui est l'une des plus grandes de France. Nous sommes aussi équipés d'engins de manutention", rassure Frank Bellion, président de la CCIMBO

"Navantia, qui a réservé des espaces sur le polder, va bénéficier de ces espaces", assure encore le président de Région. Le groupe naval espagnol, qui fait partie des premières entreprises annoncées sur le polder, est censé arriver à Brest dans le courant de l'année prochaine.

>> LIRE AUSSI. Parc éolien en mer de Saint-Brieuc : l’espagnol Navantia retenu par Ailes Marines pour la construction des jackets