Accueil > Portraits > Travaux publics : l’offre (...)

 


Travaux publics : l’offre globale de Mahé Hubert

Publication : 21-12-2010

Multicompétente en matière de travaux publics, l’entreprise morbihannaise Mahé Hubert a choisi d’axer son développement sur le recyclage de matériaux. Elle a opté pour un investissement de 2 millions d’euros en matériel et de 500 000 euros en achat de terrains.

Depuis 2004, Mahé Hubert (96 salariés et parc de matériel et véhicules de 170 unités) ne se contente plus de démolir. Elle a choisi de recycler ses déchets inertes directement sur ses chantiers, ou bien sur son site de 15 000 m2 à Caudan. « Cette année, on a récupéré 24 000 tonnes de matériaux au moment de la démolition du Foyer du Marin à Lorient, ce qui nous a permis de baisser nos prix, et d’en faire profiter nos clients », souligne David Poulain, directeur général (son épouse, Christelle Mahé, préside la société). « Le recyclage nous permet aussi d’économiser les frais de transport », ajoute David Poulain. Non négligeable quand on sait que l’entreprise a traversé une année 2009-2010 assez difficile, en raison des prix très bas du marché (CA de 9,46 millions d’euros contre 9,90 millions en 2008-2009).

Mahé Hubert a déjà investi dans deux concasseurs (800 000 euros), deux cribles mobiles (340 000 euros), trois chargeurs à pneus (360 000 euros), et deux pelleteuses pour alimenter les concasseurs (240 000 euros). Elle compte acquérir prochainement une machine lui permettant de recycler les terres de terrassement, de manière à séparer les cailloux et obtenir des matériaux très fins. «  Des entreprises non équipées pour le recyclage, comme Eurovia, commencent aussi à nous confier leurs gravats », poursuit David Poulain. Le chiffre d’affaires généré par un concasseur, une pelleteuse et un chargeur tourne autour de 45 000 euros par mois en moyenne. L’entreprise souhaite à présent dédier des terrains entiers au recyclage, le plus proche possible des sites de démolition. Elle a pour cela prévu une enveloppe de 500 000 euros. « En octobre 2009, nous avons acheté 100 000 euros un hectare de friches derrière la gare de Vannes, de manière à éviter de ramener les matériaux sur Lorient. Et actuellement, nous sommes en pourparlers avec la mairie de Guidel pour un terrain », annonce David Poulain. « Nous pouvons réaliser la démolition, le désamiantage, les réseaux sous le bâtiment, les enrobés, les bordures… »

Si cette année Mahé Hubert a multiplié les missions de démolition à Lorient (Foyer du Marin, Celtic Submarine, blockhaus Halieutis sur le port de pêche, DCNS…), elle n’a pas pour autant délaissé ses autres secteurs d’activité : terrassement, enrobés, voiries et réseaux divers (Mahé Hubert réalise notamment tous les branchements gaz et électricité pour EDF sur le Pays de Lorient depuis 1984) et location/transport de véhicules. « Peu d’entreprises proposent comme nous une offre globale. Pour un bâtiment industrie, nous pouvons réaliser la démolition, le désamiantage, les réseaux sous le bâtiment, les enrobés, les bordures… C’est très apprécié. » Mahé Hubert tient aussi à conserver la diversité de sa clientèle. « 60 % de nos clients sont des entreprises - dont pas mal de maîtres d’œuvres qui nous choisissent comme sous-traitants dans le cadre de marchés publics -, 14 % des collectivités ou des organismes rattachés, EDF représente 12 %, mais nous comptons aussi 14 % de particuliers pour lesquels nous réalisons essentiellement des entrées de garages. Les gros clients d’aujourd’hui peuvent nous lâcher d’un moment à l’autre, ce qui est rarement le cas des plus petits. Nous sommes fidèles et nos clients nous le rendent bien. Récemment nous sommes intervenus chez un particulier qui nous a introduits à Bigard pour une mission de démolition programmée en 2011... »

Charlotte Viart
N° 203 octobre novembre 2010




Autres Portraits

Armadocs (56), le classement simplifié

Dernière installée au sein de la pépinière d’entreprises de la CCI Morbihan, à Vannes, Armadocs fait déjà parler d’elle avec son innovation : une plateforme de mise à disposition de documents numériques (...)

En savoir plus

La Menuiserie Bretonne, maître es décor.

Du bois au beau. Du gros œuvre en bâtiment au délicat décor d’intérieur, la Société de Menuiserie Bretonne (SMB), à Brest, a réalisé une étonnante (r)évolution à succès tout en (...)

En savoir plus

L’atelier des Loisirs, précurseur sur le marché de la rénovation des (...)

Tapissier-décorateur de formation, Christophe Maillard a créé l’Atelier des loisirs (Quévert -22) en 2001, en parallèle de l’explosion du marché des véhicules de (...)

En savoir plus

le dernier numéro

Découvrez vite le dernier numéro !!

JPEG - 215.1 ko

Le palmarès des entreprises bretonnes

Découvrez la 28 ème édition du Palmarès des entreprises bretonnes : hors-série-Edition 2016/2017

Hors-Série

Les entreprises bretonnes à la conquête de l’international


Portraits