Accueil > Portraits > L’Océane des Plastics à (...)

 


L’Océane des Plastics à Muzillac (56) : le rotomoulage de haute qualité

Publication : 13-05-2013

Spécialisé en rotomoulage plastique, L’Océane des Plastics s’est fait un nom en tant que sous-traitant pour des industriels (fonction carburant principalement). Après un période difficile en 2009, l’entreprise de Muzillac qui emploie 42 salariés traverse désormais la crise sans trop de heurts, en se recentrant légèrement sur ses produits propres pour pallier les baisses de commandes.

En 24 ans, L’Océane des Plastics a su se faire un nom dans le rotomoulage plastique (transformation de matières plastiques par rotation planétaire et sous l’effet de la chaleur). « On mise sur la qualité. On se distingue par une forte valeur ajoutée liée à notre technicité », avance Gwenaël Gautier. « D’ailleurs, nous récupérons des clients souvent mécontents de ce qu’ils ont trouvé ailleurs. Ils acceptent de payer plus cher ! » Avec son épouse (Anne Gautier), Gwenaël Gautier dirige depuis 2005 l’entreprise créée par son père. L’activité est à 90 % tournée vers la sous-traitance, avec des clients principalement basés dans le grand Ouest. L’Océane des Plastics transforme tous types de plastiques (ce qui est rarement le cas de ses concurrents), et fabrique tous types de pièces techniques, principalement dans le domaine de la fonction carburant (réservoirs). Benetto, Dassault, Zodiac, EADS font partie de ses clients les plus prestigieux. L’entreprise produit également des meubles design haut de gamme (fabricant nantais Soca).

Avec la crise, une baisse des commandes

Si L’Océane des Plastics a vu son chiffre d’affaires augmenter au fil des années depuis sa création, avec une croissance à deux chiffres de 1990 à 2008, elle accuse une nette stagnation depuis 2009. Son chiffre d’affaires est passé de 7 millions d’euros en 2008, à 5,2 millions d’euros en 2012. « Pour faire face, on ne fait quasiment plus appel aux intérimaires », regrette Gwenaël Gautier. « Au plus fort de la crise en 2009, on a malgré tout réussi à faire face en conservant nos 42 salariés, sans les mettre au chômage partiel ! » Depuis septembre 2012, le couple de dirigeants note une baisse des commandes. « La politique gouvernementale totalement floue en matière économique depuis les dernières élections présidentielles a rendu nos clients industriels très attentistes », déplore Gwenaël Gautier. « Sans compter que le marché du bateau de luxe est transi du fait de la taxation des hauts revenus... ». Pour faire face, l’entreprise se recentre sur le développement et la vente de ses produits propres (10 % de son activité). Son produit phare : des armoires vestiaires pour l’industrie agro-alimentaire ou le médical. « Nos produits propres sont plus basiques que ceux que nous développons pour nos clients, car ils nécessitent peu ou pas de R&D. C’est voulu », souligne Gwenaël Gautier.

Du réseautage pour puiser de la force à l’extérieur

Si les temps sont un peu plus difficiles, Anne et Gwenaël Gautier n’en oublient pas pour autant leurs activités de réseaux qui les passionnent et les boostent. Ils font partie de l’ARM, l’Association Mondiale des Rotomouleurs basée à Chicago. « Cela nous maintient au courant des dernières évolutions techniques, et nous permet de découvrir ce qui se fait ailleurs », souligne Gwenaël Gautier. Anne Gautier fait aussi partie du groupe de travail Iso WG5, qui se penche sur les systèmes de carburant dans le nautisme. Grâce à ses déplacements réguliers en Europe, elle est au courant avant tout le monde de la future réglementation. « Faire partie de ce groupe Iso me permet aussi de défendre nos clients industriels français face aux normes américaines très draconiennes », confie l’ancienne ingénieure agronome. Le couple participe enfin à un réseau baptisé « Groupement d’intérêt amical », créé avec trois autres sociétés, de thermoformage (Team Plastique, 44), de chaudronnerie-plastique (Jouin Solution Plastiques, 44) et d’agro-alimentaire (Germay Plastic, 29). Avec ce groupement, ils mettent en place des systèmes de veille, et font des salons en commun. Récemment, ils ont co-sponsorisé le bateau Team Plastique skippé par le navigateur Alessandro Di Benedetto pour le Vendée Globe 2012-2013. « Le bateau a fini 11e sur 20 et a terminé la course ! Cette aventure a fédéré les salariés entre eux et nous a rapprochés de nos clients. Encore maintenant, quand on a un client au téléphone, c’est souvent du bateau dont il nous parle en premier ! »

Charlotte Viart

Bretagne Economique N°220 Avril 2013




Autres Portraits

Après deux années difficiles, Paitier, transporteur à Malestroit (56), perçoit (...)

Entreprise familiale née après la guerre, Paitier est gérée par deux jeunes frères, Raphaël et Emmanuel Paitier. Si la crise a contraint la SAS à reporter son projet d’extension, elle l’a poussée à (...)

En savoir plus

La SIL (56), en avance sur l’environnement

Installée à Lorient depuis 1978, la Société Industrielle Lorientaise (SIL) développe des solutions technologiques adaptées au traitement et à la valorisation des déchets solides et gazeux. Le bureau (...)

En savoir plus

Sibiril Technologies (29) : fiable par tout temps

À Carantec, le chantier naval Sibiril Technologies est spécialisé dans la construction de vedettes professionnelles à hautes performances. Un savoir-faire pointu nécessaire aux actions de service (...)

En savoir plus

le dernier numéro

Découvrez vite le dernier numéro !!

JPEG - 215.1 ko

Le palmarès des entreprises bretonnes

Découvrez la 28 ème édition du Palmarès des entreprises bretonnes : hors-série-Edition 2016/2017

Hors-Série

Les entreprises bretonnes à la conquête de l’international


Portraits