Accueil > Portraits > Découpe et pasteurisation (...)

 


Découpe et pasteurisation de légumes pour l’agroalimentaire, Délivert investit 2 millions d’euros

Publication : 09-05-2012
Jean-Marie Chaudré, co-gérant Délivert et Frédéric Hazard, directeur commercial
Jean-Marie Chaudré, co-gérant Délivert et Frédéric Hazard, directeur commercial

Spécialiste des légumes découpés, puis pasteurisés sous vide à destination des industriels de l’agroalimentaire, Délivert se porte bien. L’entreprise de Plouhinec (56), qui emploie 45 salariés, investit cette année 2 millions d’euros dans une extension/modernisation de son espace de production.

 

Nichée au cœur d’un bois, dans la zone industrielle du Bisconte à Plouhinec, l’entreprise Délivert, ancienne SICA (coopérative) créée en 1975, était en plein travaux lorsque nous lui avons rendu visite fin février. Co-gérant de la SA avec son épouse depuis 2007, Jean-Marie Chaudré supervise chaque jour le chantier en échangeant avec les ouvriers. « Nous avons une chance fabuleuse de travailler ici. Au départ, nous voulions opter pour un bardage métallique vert, à l’image de notre charte graphique, mais on nous a conseillé d’opter pour un gris anthracite qui se fond très bien dans le paysage, et qui sera en harmonie avec l’agrandissement de la zone. Finalement, nous sommes très contents de ce choix ».

 

Capacité de pasteurisation multipliée par 5

 

Avec 5,5 millions d’euros de CA, 5 000 tonnes traitées, 2 800 tonnes de légumes découpés crus ou cuits vendus en 2011, et une croissance de 12 %, Délivert s’appuie sur de très bons résultats qui lui permettent d’investir sur le long terme. L’entreprise de PAI (produits alimentaires intermédiaires) a choisi de financer cette année 2 millions d’euros de travaux dans un bâtiment de 1 100 m2, en plus de 3 500 m2 dont elle dispose déjà. « Nous renforçons notre capacité de pasteurisation en la multipliant par cinq », se réjouit Jean-Marie Chaudré. Une demande de certification IFS (International Food Standard) est également visée pour 2013. « Cette certification nous demande beaucoup d’efforts de changements, dans la façon de faire, l’outillage utilisé, la sécurité alimentaire, et même la rigueur des documents à produire. Mais du coup, cela nous pousse énormément à progresser ».

 

Personnalisation du produit

 

Délivert, qui propose plus de 1000 références distinctes, compte un réseau de 300 clients. Elle se fournit auprès d’une trentaine de producteurs, coopératives et grossistes de Bretagne et des Pays de Loire (sauf pour les légumes méditerranéens, en provenance d’Espagne pour la plupart, et les cornichons importés d’Inde). « Nous sommes un équipementier de l’industrie agroalimentaire. Mais nos clients, essentiellement basés dans le grand Ouest, sont très divers. Cela peut aller du petit traiteur local à la grosse usine, type Bigard à Quimperlé. Nous sommes avant tout très souples par rapport à la demande. Certains clients veulent des légumes coupés en carré, d’autres arrondis, d’autres découpés en lamelles, finement ou grossièrement, cuits à la vapeur ou grillés… C’est cette capacité d’adaptation et de personnalisation du produit qui est vraiment très appréciée », souligne Jean-Marie Chaudré. Le slogan de Délivert (« Le légume sur mesure pour l’IAA ») en est une belle illustration.

 

Forte réactivité et flexibilité

 

L’entreprise doit parfois faire face à d’importants surcroîts d’activité, nécessitant une forte réactivité. Cela implique une flexibilité pour les salariés, qui acceptent fréquemment de modifier leur rythme de travail lorsque cela est nécessaire. « Il nous arrive notamment de devoir travailler le samedi. Ces heures sont bien sûr récupérées ensuite », souligne Jean-Marie Chaudré. « La culture maraîchère est tellement ancrée dans les mentalités ici, autour de Plouhinec et d’Etel, que cela ne pose aucun problème. Cela ne serait sans doute pas le cas si nous étions implantés ailleurs. Il faut dire aussi que l’ambiance en atelier est aussi très familiale. Ici, tout le monde se connaît, se parle, et se sent impliqué dans la vie de l’entreprise ».

 

Charlotte Viart

Bretagne Economique n°214 Mai 2012

 

 



Autres Portraits

Nitri Projects à Quimper : la Chine à portée de main

Société de statut d’Hong-Kong, Nitri Projects a un pied en Bretagne et un autre à Shanghai pour ouvrir les portes de l’Empire du Milieu aux entrepreneurs bretons. Une initiative de deux anciens élèves (...)

En savoir plus

Armor Air Services (AAS), spécialiste des solutions visant à résoudre les (...)

Frank Belan et Bruno Galland ont fait le choix, à 35 ans, de tenter l’avenir de l’entreprise. Après avoir démissionné, ils ont créé en mai 2006 à Liffré (35), AAS. La PME est spécialisée dans le contrôle (...)

En savoir plus

Armoricaine Laitière (22) : une « vieille dame » exemplaire

L’Armoricaine Laitière a le développement durable dans ses gènes : « La coopération est un outil d’aménagement du territoire, où l’emploi local et la mise en valeur de ressources non délocalisables sont (...)

En savoir plus

le dernier numéro

Découvrez vite le dernier numéro !!

JPEG - 330 ko

Le palmarès

Découvrez le numéro 225 Palmarès des entreprises bretonnes : édition 2013/2014


Portraits