Accueil > Portraits > Asserva (22) a toujours (...)

 


Asserva (22) a toujours un temps d’avance

Publication : 07-03-2014

« Pour une PME, innover est le moyen le plus sûr d’assurer son avenir, explique Dominique Cantin, directeur général d’Asserva à Lamballe. Mais il faut repartir à chaque fois d’une feuille banche pour trouver des solutions nouvelles ».

Créée en 1978 par un groupe d’actionnaires dont Roland Gouret, ancien responsable du service Bâtiment de la Cooperl, et Bernard Corlay, installateur de matériel agricole, Asserva a débuté par la vente et l’installation d’automatismes permettant la gestion de la température des bâtiments d’élevage.
Dès 1983, elle conçoit et met au point ses premiers automates de distribution de l’aliment liquide (machines à soupe). Au début des années 2000, la société opte pour la technologie des cartes à microprocesseur, avec un slogan qui fait mouche : « l’intelligence de faire simple ».

La crise n’arrête pas l’innovation
En 2008, avec le départ en retraite des premiers dirigeants, trois cadres, Joël Le Bechec, Louis Pierre Campion et Dominique Cantin, reprennent l’affaire : « En pleine crise des subprimes, le Crédit agricole et le Crédit mutuel ont cru en nous et nous ont soutenu dans notre politique d’innovation ».
En 2009, Asseva présente le Selfi Feeder, une solution pour l’alimentation des truies en liberté dans un espace libre service à l’accès contrôlé. S’appuyant sur la RFID, le dispositif permet de vérifier la ration attribuée et consommée par chaque truie équipée d’une puce électronique.
Lors du Space 2012, Asserva a encore franchi un pas avec Maternéo, un dispositif pour l’automatisation de la gestion
des maternités : depuis la surveillance en approvisionnement des silos, jusqu’à l’alerte
lors des mises bas, en passant par la gestion
de l’alimentation.

8,5% du chiffre d’affaires
Très souvent récompensée pour ses innovations, la société propose aujourd’hui une large gamme de solutions pour l’automatisation complète des tâches dans tous types d’élevage industriels, à des éleveurs du Grand Ouest mais aussi de Belgique, d‘Espagne (porc), d’Italie, des Pays Bas (veau). Cette diversité croissante des produits et des marchés a provoqué une rapide évolution de l’entreprise : elle compte désormais 116 salariés.
En 2012, Asserva a consacré 920 000€, soit 8,5% de son chiffre d’affaires, aux activités de son bureau d’études (9 salariés) qui conçoit à 100% la gamme de produits : « Nous travaillons avec des passionnés ».
Pour garder un temps d’avance, Asserva a choisi de se développer dans le domaine des énergies renouvelables, à travers sa filiale Asserva Energie. Sur son cœur de métier, elle vient de lancer une gestion RFID des porcs charcutiers et s’intéresse actuellement à l’aviculture. « Notre agilité est aussi facteur de croissance. »




Autres Portraits

Le Saloir du Daoulas innove sur le cochon

Lorsque Philippe le Bourhis reprend le Saloir du Daoulas en 1999, l’ancienne fabrique de charcuterie est lancée depuis peu dans le Home Meal Replacement (HMR). Depuis, la PME base son développement (...)

En savoir plus

Sotira 35, sous-traitant de carrosseries en matériaux composite

Créée en 1998 à Saint-Méloir-des-Ondes, sur l’ancien site de Marie Surgelés, Sotira 35 emploie 140 personnes pour un CA 2010 prévisionnel de 12 millions d’euros. Aston Martin, Tesla, Mercédès, John Deere (...)

En savoir plus

La belle ossature de la métallerie Aussant (35)

Cette entreprise familiale a su adapter son savoir-faire dans la construction métallique à un besoin nouveau du marché : la maison individuelle fonctionnelle et très basse (...)

En savoir plus

le dernier numéro

Découvrez vite le dernier numéro !!

JPEG - 215.1 ko

Le palmarès des entreprises bretonnes

Découvrez la 28 ème édition du Palmarès des entreprises bretonnes : hors-série-Edition 2016/2017

Hors-Série

Les entreprises bretonnes à la conquête de l’international


Portraits