Accueil > Archives > La franchise, vecteur de (...)

 


La franchise, vecteur de reconversion professionnelle en période de crise ?

Boutique LOnglerie

« Je ne pense pas qu’on ait 62 000 pigeons en France »

 

La franchise a plus que jamais le vent en poupe, si l’on en juge par le succès de la semaine des entrepreneurs franchisés qui vient de s’achever partout en France. Valeur refuge ou « piège à gogo » actionné par des opportunistes ? Plus que jamais en période troublée, la bonne information - et le recul - prévalent sur l’impatience et un trop-plein d’enthousiasme. Confirmation avec Chantal Zimmer, Déléguée Générale de la Fédération Française de la Franchise (FFF) en compagnie de Laurent Treuil, directeur développement du réseau L’Onglerie et de Renan Bégueret à la tête de deux Pizza Del Arte.

 

BE
49,24 mds d’euros de CA en 2011 contre 48 mds d’euros en 2010 : manifestement, la franchise ne mollit pas, même - ou surtout- en période de crise ?
Chantal Zimmer
Les chiffres que vous citez attestent en effet qu’on a affaire ici à un réseau qui continue de bien se porter avec des franchises qui ne cessent de se développer. Ce qui m’amène à dire qu’effectivement, la franchise est un vecteur de reconversion professionnelle beaucoup moins risqué qu’une création d’entreprise isolée.

Laurent Treuil
De notre côté, je peux vous le confirmer : on surfe sur la crise ! Elle est là, c’est indéniable, avec des personnes au chômage et la concurrence, mais la franchise rassure les gens. J’ai 70 demandes de plaquettes par mois ! 2012 a donc été une bonne année avec un CA de 17 millions d’euros (TTC) en progression de 6% à périmètre constant. Alors, oui, la franchise, c’est un droit d’entrée mais on apporte dans le même temps une sécurité certaine que les personnes n’ont pas en tant qu’indépendante. Arrivant du domaine bancaire (où il fut Directeur d’agence/Réseau des professionnels. NDLR), j’étais bien placé pour voir ce qui marchait ou pas...


BE
Dans ce contexte « porteur », n’y a-t-il pas danger à voir se placer des “opportunistes” entre des franchiseurs un peu trop “rapides” à vouloir développer leur concept et des prétendants un peu trop naïfs ?
CZ
Drôle de vision du secteur ! C’était le cas dans les années ’70 quand certains faisaient de la franchise comme M. Jourdain faisait de la prose ! En 2012, c’est terminé. Aujourd’hui la franchise a atteint sa maturité : franchiseur, c’est un métier. Cela peut en décourager certains qui ont peur de prendre des responsabilités ? C’est très bien ainsi !
D’autre part, le franchisé n’est pas un naïf : je ne pense pas qu’on ait en France 62 000 pigeons ! Profil du franchisé ? Quelqu’un qui sort en moyenne à bac, bac+2, voir bac + 4.

BE
Renan Bégueret, vous menez aujourd’hui deux Pizza Del Arte à Pacé et Saint Grégoire (35) après en avoir dirigé trois. Comment êtes-vous devenu franchisé ?
Je me suis toujours présenté comme “autodidacte du commerce” avec, au détour de la quarantaine, une grosse interrogation : “comment vais-je accompagner ma vie professionnelle pour les 20 à 25 ans à venir ? ” Ajoutez à cela que j’avais une vraie envie d’entreprendre et de gagner mon indépendance, je pouvais alors prendre deux directions : racheter un cabinet de RH, j’y pensais alors, ou... me tourner vers la franchise. Le groupe Le Duff, à cette époque, avait repris Pizza Del Arte et manifestait son envie de développer la marque en s’accompagnant d’entrepreneurs. Et c’est bien ce qui m’a plu ! Car je suis tout à la fois entrepreneur et un indépendant franchisé. Capitalistiquement, 100% de mes affaires m’appartiennent, j’ai un contrat de marque qui m’engage pendant 9 ans - j’en suis à 8 ans et demi - avec reversement de 5% de mon CA. Et j’ai fait le choix de m’adosser, sans jamais le regretter, à une marque qui monte en puissance, qui a toujours de l’ambition avec une vraie notion de réseau – je ne voulais surtout pas être isolé – et de vrais process

 

Propos recueillis par Serge Marshall

Bretagne Economique Octobre 2012 




le dernier numéro

Découvrez vite le dernier numéro !!

JPEG - 215.1 ko

Le palmarès des entreprises bretonnes

Découvrez la 28 ème édition du Palmarès des entreprises bretonnes : hors-série-Edition 2016/2017

Hors-Série

Les entreprises bretonnes à la conquête de l’international


Portraits