Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Tendances dans l’architecture d’entreprise, si les cubes avaient des âmes

Bretagne économique, le 13.10.2011

Si l’architecture industrielle et tertiaire a gavé nos yeux de cubes gris métallisé et de bureaux impersonnels, il semblerait qu’elle soit actuellement en pleine mutation. L’enveloppe reste simple, épurée, mais elle a un nouveau langage, celui de l’émotion, de l’identité de l’entreprise. Avec peu de moyens, les PME se font une façade. A l’intérieur, une petite révolution se dessine. Promoteurs et architectes ne vendent plus seulement des enveloppes qui abritent des outils de production et des bureaux, mais des espaces à vivre, du confort, du bien-être. L’architecture d’entreprise n’appartient pas qu’à ceux qui la voient, mais à ceux qui vivent à l’intérieur. Témoignages de professionnels bretons.

Argouarch à Brest. Créé en 2005 par Pierre-Henri Argouarch, le cabinet d’architectes, installé sur le port de Brest, est repérable par son nom (ARCHIBOX), son architecture et ses leds qui brillent dans la nuit et éclairent les bureaux. Il emploie une quinzaine de salariés.


Imprimer des images sur la tôle


Quelles tendances architecturales remarquez-vous dans les bâtiments d’entreprise ?
Nous travaillons de plus en plus avec des budgets serrés. En général ce sont des formes simples qui ressemblent à des cubes. Il n’y a pas beaucoup de structure et on optimise au maximum.
On remarque cependant que dans la région de Brest l’architecture des zones artisanales évolue. Les entreprises pensent toujours à la fonctionnalité, ce qui est normal, mais si elles peuvent communiquer avec leur bâtiment, elles ne s’en privent pas. L’idée d’architecture fait son chemin petit à petit. Il y a quelques années, on venait nous voir en nous disant : « Je veux un bardage pas cher ». Beaucoup de progrès ont été faits dans les tôles et les bardages. Aujourd’hui on peut facilement imprimer des images sur la tôle. Une image raconte beaucoup de choses… Idem dans la miroiterie. Le triple vitrage devient de plus en plus accessible et il permet une meilleure isolation. Les zones industrielles montrent qu’un réel effort est fait. Ce que l’on note aussi, c’est le souci d’un environnement paysager. D’ailleurs, dans notre agence, nous avons créé un département paysagiste. Le paysage environnant découle de l’architecture du bâtiment.


Est-ce que les industriels ont le souci de l’esthétique ?
Ce n’est pas ce qui prime. Ils sont très cartésiens, veulent des délais courts avec des budgets serrés. La créativité architecturale dans les parties bureaux des entreprises. Ainsi Dourmap, grosse société d’électricité, voulait renvoyer une image moderne et dynamique à travers son bâtiment. En 2009, elle a acquis un terrain de 7 900 m². Nous avons créé pour elle des bureaux fonctionnels sur un seul niveau, au lieu de deux auparavant. Leur image a changé en même temps que leurs locaux. Aujourd’hui, les industriels et le tertiaire n’ont plus la capacité d’être maîtres d’ouvrage. Ils s’adressent à des promoteurs qui sont des ensembliers et vendent des bâtiments clés en main. On ne conçoit plus le lieu de travail comme avant. On réalise aujourd’hui que l’on passe plus de temps au travail qu’à la maison et les bureaux ont gagné en espaces de convivialité. Les gens mangent au bureau, par souci d’économie, et nos projets architecturaux conjuguent temps de travail et temps de convivialité. Nous travaillons actuellement sur un chantier qui illustre parfaitement cette tendance. Il s’agit du projet Babylone, à Brest, un ensemble de bureaux, qui prendra la place des anciens abattoirs. Plusieurs entreprises partageront ces locaux. Les bureaux sont organisés autour d’un atrium, avec de l’eau, un jardin…


Anny Letestu
N° 210 octobre-novembre 2011

Taille du texte