Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Gisèle Jaffray, commerçante à Redon
Martin Bourdier
Gisèle Jaffray, commerçante à Redon

Commerces et attractivité : Relancer le coeur des villes

Christelle Hall, le 14.02.2017

Les commerces de proximité souffrent. Pour revitaliser les cœurs de villes, la CCI Rennes, les associations de commerçants et les municipalités mettent en place des actions sur notre territoire. Tour d’horizon.

Parole d'élu
François Eveillard, vice-président en charge du commerce à la CCI Rennes

François Eveillard, vice-président en charge du commerce à la CCI Rennes
Martin Bourdier

" Le commerce reste compliqué en coeur de ville. Plus grave : certains centres-villes se meurent. Les grandes enseignes, qui y sont installées, sont des locomotives mais ne sont plus suffisantes pour déplacer les chalands. Les centres-villes doivent renforcer leur attractivité et faire vivre aux clients un moment particulier. Les acteurs locaux se mobilisent pour inventer ensemble le centre-ville de demain, la coopération est un des facteurs de réussite. Un autre facteur déterminant est l’implication des commerçants dans la réalisation de ce virage. Les résultats s’appuieront forcément sur la collaboration entre collectivités, CCI et commerces. Les compétences sont essentielles dans l’atteinte des objectifs. Pour accompagner l’évolution des métiers, nous proposons un dispositif de formation efficace et évolutif, intégrant notamment les nouveaux usages liés au numérique."


Le commerce de centre-ville est à la peine. Un constat national. Le nombre de commerces inoccupés dans les coeurs de villes a de fait augmenté. Un phénomène auquel n’échappe pas notre territoire.

« De moins en moins de commerces dans les centres-villes. La tendance est bel et bien là sur notre territoire. C’est le cas à Redon. Son coeur de ville affiche un taux de vacance - le nombre de pas-de-porte sans locataire – supérieur à la moyenne nationale. Une situation alarmante », affirme François Eveillard, vice-président en charge du commerce à la CCI Rennes et président de la commission Commerce à la CCI Bretagne. « Le centre-ville redonnais se vide. Il y manque un état d’esprit, une âme car la ville est séparée en trois quartiers trop distincts et éloignés. L’offre commerciale est à réétudier. Il faut la diversifier et monter en qualité », reconnaît Christophe Buchy, président de l’Association des commerçants Redon centre avenir.

Rennes, 1er pôle commercial breton

« Vitré a su, de son côté, maintenir un coeur de ville attractif avec une offre commerciale diversifiée et des animations portées par des associations de commerçants très actives. L’évasion commerciale vers Rennes y est donc relativement faible, reprend François Eveillard. Quant au centre-ville de Rennes – premier pôle commercial de Bretagne et du grand ouest avec près de 1 700 commerces et un chiffre d’affaires de 600 millions d’euros - l’activité commerciale y a connu des jours meilleurs. Le taux de vacance progresse, même s’il reste (7,8 %) en deçà du taux national (8,4 %) et les commerçants ressentent une baisse de fréquentation. La conjoncture économique, les changements profonds des modes de consommation, la concurrence des centres commerciaux périphériques et les grands travaux que connaît Rennes - deuxième ligne de métro, centre de congrès, nouvelle gare, rénovation du centre ancien – et qui occasionnent des problèmes d’accessibilité, sont pointés du doigt. »

Ateliers et web cafés

Pour accompagner nos commerces de centres-villes dans leur mutation, enjeu d’attractivité pour le territoire, la CCI Rennes mène différentes actions.

Elle sensibilise les commerçants aux outils digitaux grâce à des ateliers ou web cafés tels que Développer votre chiffre d’affaires grâce au Web ou Gérez votre e-réputation, avis et médias sociaux.
« Le numérique accompagne le développement du commerce physique. Les commerçants doivent faire du e-commerce un allié pour offrir de nouveaux services comme la géolocalisation, la possibilité de repérer sur Internet les produits avant de venir en boutique. Objectif : renouveler ou enrichir l’expérience client, avance François Eveillard. Les commerçants qui saisissent l’opportunité du digital se donnent toutes les chances de développer leur business. »

Des commerçants mobilisés

La chambre de commerce et d’industrie développe, soutient et accompagne également les unions commerciales car « rien ne peut se faire si les commerçants n’acceptent pas de travailler les uns avec les autres, selon François Eveillard. Ils doivent apprendre à jouer collectif pour faire de leur centre-ville un lieu où il fait bon se balader. Un lieu de loisirs et d’animations ». C’est ce que tente de faire l’association des commerçants Redon centre avenir.

« À l’occasion des fêtes de fin d’année, nous avons pu réaliser avec la collaboration de Lever le Rideau, chantier d’insertion spécialisé dans l’artisanat du spectacle, un projet d’envergure : installer une patinoire et une station de ski en plein centre ! Ces équipements et les animations de la Ville se sont idéalement complétés pour faire venir les habitants dans le centre et leur faire découvrir ou redécouvrir la richesse et la diversité de nos boutiques », avance son président, Christophe Buchy qui tient la librairie Libellune. « Cette année, l’association accompagnera la semaine du goût, le salon Végétal Passion qui rassemble plus de 5 000 visiteurs et reconduira le défilé de mode. Mais il faut aller encore plus loin et ne pas se limiter à de l’animation ».

Les commerçants souhaitent être impliqués dans les choix de la Ville pour attirer son attention sur l’hémorragie commerciale du centre. « Il y a aussi des choses à faire avec la CCI. Il faut unir les forces au-delà du commerce pour redynamiser les coeurs de villes ».

Des propos qu’approuve Gisèle Jaffray, élue à la CCI et commerçante à Redon. « Les commerçants sont actifs mais d’autres acteurs doivent nous rejoindre pour oeuvrer à la réactualisation de notre centre afin de recréer une zone d’attractivité. Nous devons développer de nouvelles enseignes de niche pour rétablir l’équilibre entre franchisés et commerces indépendants, réaménager le mobilier urbain mais aussi limiter le nombre de cellules vides. Un magasin inoccupé ne doit pas devenir un tableau d’affichage. Sa façade pourrait être utilisée comme lieu d’exposition photos. Une boutique éphémère pourrait également s’y installer ».

 

Article paru dans Bretagne économique n°10, 2e trimestre 2016

Taille du texte


Près de 1 700 commerces et un chiffre d’affaires de 600 millions d’euros au centre ville de Rennes, premier pôle commercial breton

Repères

RENNES CENTRE-VILLE : 10 LEVIERS D’ACTIONS

Le plan d’action « Commerce centre-ville » 2016-2020, va booster la vitalité commerciale du centre-ville.

C’est tout le sens des travaux engagés par la Ville et Rennes métropole, en collaboration avec la CCI Rennes, la chambre des métiers et de l’artisanat, l’Union du commerce, le Carré rennais, appuyés par le cabinet Bérénice.

Dix leviers pour dynamiser le tissu commercial et le rendre plus attractif y sont listés et détaillés. La CCI assure le co-pilotage de deux d’entre eux avec le Carré Rennais et a déjà engagé des actions avec les commerçants sur : “Communiquer sur l’identité marchande” et “Développer l’excellence de la relation client”. « Pour ce faire, la CCI leur propose un accompagnement sur-mesure intitulé Adapter la relation client aux mutations du centre-ville ainsi qu’un programme d’ateliers pour capter une clientèle internationale : comment conquérir une clientèle étrangère et bien l’accueillir ? S’y ajoutent des ateliers spécialisés sur les clientèles britanniques, espagnoles et italiennes avec pour objectif : améliorer la qualité d’accueil et l’attractivité des établissements. »

www.metropole.rennes.fr


TÉMOIGNAGE

Trois questions à   Marc Hervé, adjoint au Commerce et à l’artisanat à la mairie de Rennes

 Marc Hervé, adjoint au Commerce et à l’artisanat à la mairie de Rennes
DR

Comment qualifier le plan d’action « Commerce centre-ville de Rennes » ?

C’est une sorte de charte de bonne conduite pour tous les commerçants du centre-ville. Bonne conduite et surtout ligne directrice. C’est une feuille de route pour avoir, d’ici à 2020, un tissu commercial plus attractif qu’il ne l’est actuellement. Avec la ligne B du métro, l’arrivée de la LGV qui mettra Rennes à 1 h 27 de Paris, le centre des congrès en 2017… la ville espère renforcer son attractivité et jouer à fond la carte du tourisme d’affaires. Ce sont des enjeux forts pour les commerçants. Ils doivent s’y préparer.

Quels sont les 10 leviers proposés pour dynamiser le premier pôle commercial breton ?

Le plan s’organise autour de trois thématiques : l’offre, l’identité et l’expérience. Parmi les pistes envisagées en terme d’offre figurent l’accueil de nouvelles enseignes nationales et internationales mais aussi l’installation de jeunes concepts, de commerces et artisans créatifs. C’est ce qui fait la diversité commerciale d’un centre-ville. Rennes doit rester une expérience unique de shopping. Renforcer un « pôle gourmand » autour des Halles centrales et résorber les locaux vides par des occupations de quelques mois via des pop-up stores font partie des pistes.

En termes d’identité, il convient de développer une communication au service de l’identité marchande du centre-ville, de dynamiser et renouveler l’animation commerciale en modernisant les temps forts - la Grande braderie et les fêtes de fin d’année – et de développer l’excellence dans la relation clients.

En terme d’expérience, la tendance est de faire du centre « une expérience particulière » où se mêlent commerce et tourisme urbain, promenade et achat, dans un centre rendu plus accessible. Le tout dans un cadre urbain renouvelé, avec un « Centre Colombia 2 » redynamisé par le projet Eurorennes, des commerces dans le Palais du commerce, place de la République.

Quelles sont les premières actions mises en place ?

Depuis fin mars, des adhérents du Carré Rennais proposent, chaque samedi, des tickets de parkings et transports en commun à leur client pour tout achat. Les Halles centrales vont être prochainement revalorisées, mieux signalées et identifiées pour rendre visible leur univers. Des animations vont être organisées le dimanche pour dynamiser et lier commerce et culture.