Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Laïta (Le Gouesnous-29) investit 100 millions d’euros pour se moderniser

Bretagne économique, le 05.06.2012

Programmés sur les 24 prochains mois, ils serviront à la modernisation des huit tours de séchage et des lignes de fabrication mais aussi à la R&D dans ses produits de grande consommation. Laïta qui emploie 2 230 salariés a recruté 60 CDI en 2011. L’entreprise finistérienne est le numéro 1 hexagonal pour le beurre où dans un marché en régression, cette activité progresse de 7,5%. Née en 2009 de la fusion des activités laitières des coopératives Even et Coopagri (Finistère) et Terrena (Loire-Atlantique), Laïta a achevé 2011 avec un chiffre d'affaires de 1,1 milliard d'euros en hausse de 12%.
Dominique Chargé, président de Laïta (à gauche) et Christian Couilleaux, directeur général (à droite)

Plus de la moitié de son activité (56 5%) relève de produits pour la grande consommation (ultra?frais, beurres, fromages…). Ils sont en en progression de 11%, tirés par les produits à marques propres : Paysan Breton, Mamie Nova, Régilait… et par la bonne tenue des ventes des produits à marques distributeurs. L’autre petite moitié de l’activité (43,5 %) se répartit entre la production d’ingrédients secs (17,5%), poudre de lait de plus en plus tournée vers la nutrition humaine, la nutrition spécifique (10%), infantile, clinique ou diététique et divers productions développant une forte valeur ajoutée. C’est le cas au sein de Ouest?Elevage. Ce spécialiste de la valorisation du colostrum bovin (marque Oriane) a créé European Colostrum Industry, une joint?venture avec un centre de recherche belge, pour diversifier ses activités du monde vétérinaire vers le secteur de la pharmacie humaine, notamment sur le marché porteur de l’immuno?nutrition. Outre sa volonté de mettre de plus en plus d’intelligence dans ses produits, en 2011, le chiffre d’affaires des 3 filiales de LAÏTA (Eurilait en Angleterre, Fromka en Allemagne et LAÏTA Italia en Italie) a connu une croissance de 20 %. Désormais l’entreprise réalise plus d’un tiers de son chiffre d’affaires à l’international.


Recommandations