Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Fusion effective des hôpitaux d’Antrain (35) et de St Brice en Coglès (35): 400 emplois préservés

Bretagne économique, le 20.02.2012

Avec 1500 patients par an, près de 400 agents et un budget de 24 millions d’euros, le nouveau Centre Hospitalier des Marches de Bretagne (résultat de la fusion entre Antrain et St Brice en Coglès) a été inauguré aujourd’hui, 20 février. Si les deux sites sont conservés, ce nouvel ensemble, placé sous la responsabilité d’un conseil de surveillance et d’une direction commune, permet de mieux organiser l’offre de soins, de mutualiser les compétences et de bénéficier d’une recherche accrue de la qualité. Pour l’Agence Régionale de Santé (ARS), le Centre Hospitalier des Marches de Bretagne illustre 'de manière exemplaire et visionnaire la loi «Hôpital Patients Santé Territoires '.

Cette nouvelle entité est le point d’orgue d’un processus initié depuis 2002. Cette fusion est le résultat d’une démarche engagée volontairement et sans contrainte par les deux établissements. Depuis 8 ans, les sites d’Antrain et de Saint-Brice-en- Coglès ont en effet une même direction. Ce premier rapprochement s’est progressivement concrétisé par la mise en commun d’un certain nombre de services comme la logistique et la pharmacie.
Ces deux structures aux histoires différentes (Saint- Brice-en-Coglès créé en 1907 et Antrain en 1911) avaient jusqu’alors des modes de fonctionnement totalement séparés et des spécialisations différentes. Cette gestion commune développée progressivement représente une originalité dans le paysage hospitalier. Fruit d’un long processus, l’ensemble des acteurs a pris le temps de l’échange pour dessiner les cadres nouveaux au sein desquels chacun doit trouver sa place.
Cette fusion est à considérer comme l’aboutissement d’un rapprochement anticipé depuis 2002. Avec, à l’esprit une question permanente : « Comment réussir le regroupement des deux établissements, avec le souci d’améliorer la qualité, d’optimiser les coûts (informatique, maintenance, alimentation, médicaments…), d’améliorer les conditions d’exercice (médecins et soignants) et de combler les déséquilibres de nos établissements et de notre territoire ? » aiment rappeler Louis Dubreil et Claudine Clossais, Présidents des Conseils de Surveillance.
En conservant ces deux sites, en améliorant leur gestion avec une administration commune, en repensant l’organisation des services et des spécialités sur chaque pôle, le Centre Hospitalier des Marches de Bretagne renforce sa proximité et inscrit son développement dans le temps.
Sans ce rapprochement, de nombreuses compétences professionnelles n’auraient pu être recrutées à temps plein sur les deux sites ou en temps partagés avec les EHPAD environnantes, la clinique de Combourg (informaticien qualiticien), le Centre Hospitalier de Fougères (médecin du travail





Recommandations