Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


En développant sa propre marque, Hitex (Vannes - 56) s’ancre à l’international

Bretagne économique, le 10.07.2012

« Aujourd’hui tout le monde sort de ses métiers de base pour aller chercher d’autres marchés. La concurrence est multiforme, les frontières sont de plus en plus floues… bref tout se complexifie », commente Irène Lamour, codirigeante avec François Laimay d’Hitex. La PME appartient à 100 % au Groupe grecque Lavipharm (230 millions d’euros de CA – 200 personnes). Créée en 1997, Hitex est spécialisée dans la technologie d’extraction propre, le C02 supercritique. « Notre métier consiste à extraire des produits naturels de plantes ou de graines grâce à une technique propre qui n’utilise aucun solvant. Nous effectuons de la R&D pour le compte de nos clients internationaux en mettant au point sur des petits équipements des procédés d’extraction d’après un cahier des charges bien précis. Nous travaillons pour les secteurs de la parfumerie, de l’aromatique, de la cosmétique, du biomédical ou encore de la chimie. »

Avec un CA 2011 de 2,5 millions d’euros en hausse de 20%, la PME emploie 18 personnes dont la moitié de femmes. Elle intervient aussi bien en R&D pour développer de nouveaux procédés tels que l’extraction d’huiles essentielles pour la parfumerie, qu’au stade industriel pour produire au meilleur coût en CO2 supercritique. « Cette activité de prestation, poursuit la directrice, est complétée depuis peu par le développement d’une gamme de produits destinée au marché des compléments alimentaires. Nous la distribuons sous notre propre marque Hitex. A titre d’exemple, nous venons de sortir un actif à base d’extraits de plantes qui permet l’hydratation des peaux sèches par voie orale et un autre en santé cardiaque. »Avec cette nouvelle gamme de produits, l’entreprise a pris un véritable virage à l’export, en Chine, Japon, Corée, Taïwan, Amérique etc. Représentant presque 30 % du CA aujourd’hui, il constitue la priorité de l’entreprise morbihannaise qui bénéficie par ailleurs du soutien de la Région, d’Oséo et du Conseil Général.


Recommandations