Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


5 487 passagers américains débarquent à Brest

Christelle Hall, le 11.05.2017

Après 10 jours de mer, en provenance directe de Miami, le Norwegian Getaway a fait escale ce 11 mai au port de Brest. La CCI, UAT, les portuaires et les services de la ville ont accueilli le plus grand paquebot ayant jamais accosté à Brest.

Le Norwegian Getaway en escale à Brest
Chall

Le Norwegian Getaway en escale à BrestImpossible de passer à côté. De mémoire de Brestois, jamais un tel paquebot n’y avait accosté. On se souvient de l’élégant Queen Mary II et de ses 345 m de long à quai en 2009. On se souviendra aussi du Norwegian Getaway, 325 m de long et surtout, ses 54 m de hauteur (18 ponts), positionné au quai de réparation navale n°4 !

 

 

L’équivalent de Gouesnou à bord

Sorti en 2014 des chantiers Meyer Werft en Allemagne, le navire répond aux codes de loisirs et de divertissements américains : 13 restaurants, 2 400 cabines avec 14 catégories de classement, cinq toboggans aquatiques, un casino, un spa, des boutiques…

Le Casino du Norwegian Getaway en escale à Brest (Chall)

 

A bord, séjourne l’équivalent de la ville de Gouesnou : 5 487 passagers majoritairement américains, dont 1 600 membres d’équipages de 64 nationalités différentes (pour moitié des Philippines). Malgré quelques gouttes de pluie, 2 000 passagers ont choisi de partir soit en centre-ville de Brest, soit en excursion dans le Finistère, de quoi donner du fil à retordre à l’agence consignataire UAT et le tour opérateur. Ce sont en effet pas moins de 30 cars qui ont assuré les rotations, occasionnant une belle file d’attente retour pour remonter à bord.

La CCI sur le pont

La CCI et UAT étaient bel et bien sur le pont, prêts à agir au moindre besoin. UAT prépare depuis trois semaines la venue du paquebot de la compagnie Norwegian Cruise Line. Un tel paquebot occasionne bien des besoins, comme ce dentiste à trouver d’urgence pour une des passagères...
La CCI métropolitaine Bretagne ouest s’occupe du dossier depuis des semaines, en coopération avec l’office de tourisme et les services de Brest métropole qui mettent des chalets à disposition des commerçants. La CCI a en charge la programmation des paquebots à l’année : 14 sont programmés en 2017.

Sûreté renforcée

ça brille à bord du Norwegian Gateway (Chall)Pour la CCI, outre les travaux préparatoires à sa venue, l’accueil de l’immense paquebot – a nécessité un renfort du PC sûreté, aux entrées du chantier de réparation navale.
A bord, contrôle des papiers et fouille avec portiques sont systématiques. Le classement en mode ISPS du port de Brest ainsi que la profondeur de son tirant d’eau, expliquent en partie le choix de la compagnie comme escale de confiance.

 

 

Accueil d’une délégation brestoise

Echange de cadeaux de bienvenu à bord du Norwegian Getaway : Brigitte Corre, élue CCIMBO et le commandant Roger GustavsonLe commandant Roger Gustavson a accueilli une délégation brestoise. Il a reçu des présents de la part de Brigitte Corre, élue CCIMBO, et Armel Gourvil, vice-président Tourisme de Brest métropole, et a remis une plaque du navire. Le commandant affichait un sourire fatigué, après une escale annulée dans les Açores et 10 jours de mer. Il est arrivé dès poltron minet en rade de Brest, comptant sur la réactivité des pilotes, de la capitainerie et de son agent : « C’est la première ville où nous faisons escale depuis notre départ de Miami. Merci beaucoup de votre coopération, nous sommes très heureux de faire escale dans votre port. »

Levée de la coupée à 16h pour un départ sur Southampton… Le Norwegian Getaway pourrait revenir sur Brest dans quelques années. Son « sistership » le Norwegian Epic, en opération de maintenance au chantier Damen en 2015, était reparti trois semaines plus tard dans le planning imparti. Un challenge relevé haut la main par le chantier de réparation navale brestois, qui était en plein activité ce 11 mai avec le Sallie Knutsen.

Quelles retombées pour Brest et ses environs ?

Compte-tenu du type de navires (haut de gamme et luxe) accueillis à Brest en 2016, les retombées pour la région brestoise peuvent ainsi être estimées à une moyenne de 100 € par passager sur l’ensemble des escales, soit près de 690 000 euros, selon la CCIMBO.

 

 

 

 


Taille du texte

L'évènement

Les mercredi 6 et jeudi 7 septembre, à Quimper, auront lieu les Blue Deiz. Cette académie de la Blue Economy en Cornouaille se tiendra à la CCIMBO, à l’Ecole de Management Bretagne Atlantique (EMBA) et aux Halles de Quimper. Au programme, des conférences, des workshop et des tables rondes, en présence de Gunter Pauli (Fondation Zeri).